Prix

  • Le monde orphelin d'un brillant chercheur

    Imprimer

    Il n’avait que 41 ans. La communauté scientifique a rendu un hommage unanime à ce brillant enseignant à Harvard et chercheur associé de l’Ecole d’économie de Toulouse (sans doute la meilleure du genre) qui aurait probablement été nobélisé un jour si la destinée lui en avait laissé le temps.

    Décédé le 23 juillet dernier à Cambridge, Emmanuel Farhi laisse, parmi beaucoup de contributions à l’explication des grands déséquilibres mondiaux, quelques working papers qui éclairent sur l’enchaînement de causes et d’effets ayant conduit, entre autres, à la crise des subprime puis au ralentissement économique mondial. 

    Lire la suite

  • En route vers la parité ?

    Imprimer

    Mine de rien, la Banque nationale suisse s’accommode d’un recul progressif de l’euro, tombé ces derniers jours à 1.06 franc, c’est-à-dire à un niveau qui, il n’y a pas si longtemps de cela, aurait fait hurler les exportateurs, et qui, quelques années plus tôt et à quelques décimales près (on s’était même approché à une occasion de la parité), avait justifié l’introduction momentanée d’un cours plancher.

    Pour expliquer ce qui ressemble à un abandon ou à une manifestation d’impuissance face aux forces du marché, on invoque généralement un différentiel d’inflation qui amenuise peu à peu la surévaluation effective du franc, sans compter l’œil sévère que Washington porte à nouveau sur la Suisse, soupçonnée de manipuler le cours de change de sa monnaie.

    Lire la suite

  • Cours du franc : le Big Mac a parlé

    Imprimer

    Que le franc soit surévalué, personne ne le conteste. Mais de combien? Là, les estimations divergent, car il y a le cours nominal, le cours réel (inflation déduite, mais il y a deux déflateurs : les prix à la consommation et les prix à la production…), le cours pondéré par le pouvoir d’achat (la fameuse «parité des pouvoirs d’achat», ou PPA, obtenue quand on corrige le cours nominal au moyen d’un indicateur tel, par exemple, que le produit intérieur brut par personne).

    Sans compter que le cours du franc par rapport au dollar n’est évidemment pas le même que son cours face à l’euro, au yen japonais, à la livre sterling, au dollar canadien, à la couronne danoise, etc., sans parler de l’indice du cours de change effectif, nominal ou réel, total ou partiel, par rapport aux monnaies des principaux partenaires commerciaux…

    Lire la suite

  • Le libre-échange pour les nuls

    Imprimer

    Avec sa façon cowboyesque d’empoigner les relations internationales, le président américain ne fait pas que démolir les règles de bienséance commerciales patiemment édifiées depuis la fin de la Deuxième guerre mondiale. Il ruine également les bases de la prospérité – américaine au premier chef, mais pas seulement – à laquelle l’ouverture des frontières a jusqu’ici conduit. Parce que, contrairement à ce dont il semble s’être convaincu, le libre-échange profite à tous les partenaires, même et y compris à ceux qui, comme les Etats-Unis, présentent un déficit de leur balance commerciale.

    Lire la suite

  • Le jour où tout a changé

    Imprimer

    Retenons la date. C’est le 11 janvier que, pour la dernière fois, le rendement des obligations de la Confédération a affiché une valeur négative : -0,051%[1]. Depuis lors et sauf une unique exception (le 17 janvier), ce taux est redevenu positif, et a régulièrement augmenté pour atteindre, vendredi dernier, la cote de 0,205%. On conviendra que ce ne sont pas là des valeurs extraordinairement élevées, et qu’il est sans doute encore loin le jour où ce taux de référence rejoindra son niveau moyen des années d’avant la crise financière, soit quelque 3%.

    Lire la suite

  • Logement, santé; haro sur l’îlot de cherté

    Imprimer

    Les deux postes de dépenses qui pèsent le plus lourdement dans le budget des ménages helvétiques sont, comme chacun sait, les coûts du logement et les frais médicaux. Or quels sont les deux postes de dépenses pour lesquels les niveaux de prix pratiqués en Suisse dépassent le plus nettement ceux que l’on peut noter dans les pays qui l’entourent ? Les coûts du logement et les frais médicaux… Il y a donc, manifestement, quelque chose qui ne tourne pas rond dans le fonctionnement de notre économie. Et cette chose s’appelle concurrence, ou plus exactement manque de concurrence.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Concurrence, Prix, suisse 0 commentaire
  • L’effet singulier des taux négatifs

    Imprimer

    Les taux négatifs qui se répandent un peu partout mettent le monde à l’envers et rendent les caisses de pensions schizophrènes.

    D’un côté en effet ces dernières, grandes consommatrices d’actifs sûrs, acceptent d’acheter des obligations de la Confédération dont le rendement est inférieur à zéro y compris pour des échéances très lointaines, ce qui signifie qu’elles n’entrevoient guère d’améliorations sur ce plan là avant très, très longtemps.

    Lire la suite

  • Libre circulation à la carte

    Imprimer

    Médecins, paysans, même combat ? Au nom d’un souci, en soi légitime, de défense de la qualité, les représentants de ces deux corporations s’emploient depuis quelque temps à convaincre le bon peuple de tout ce qu’il peut y avoir de contraire à ses intérêts bien compris dans l’ouverture des frontières aux échanges. On aura remarqué ainsi cet encart de l’Ordre des gynécologues-obstétriciens genevois paru dans ces colonnes le 26 février dernier, s’inquiétant du «fort risque de diminution de la qualité des prestations fournies par des médecins non formés aux normes helvétiques», comme on aura pu observer la multiplication d’initiatives lancées par les lobbies agricoles en vue d’assurer, les unes la sécurité, les autres une meilleure qualité de notre alimentation.

    Lire la suite

  • Immobilier : toujours la ligne rouge

    Imprimer

    Ce n’est plus seulement la Banque nationale suisse, mais aussi, cette fois-ci, la Banque des règlements internationaux qui met en exergue l’évolution de l’immobilier en Suisse. Selon ses calculs, les prix de l’immobilier résidentiel enregistrent chez nous depuis des années une hausse dépassant de beaucoup celle que connaissent les quelques rares pays où ils continuent d’augmenter, pour l’essentiel l’Allemagne, la Suède ou encore le Canada.

    La mesure dans laquelle ces prix s’écartent de leur tendance à long terme y atteindrait presque 12 points de pourcentage, ce qui placerait la Suisse dans la zone de danger, puisque ce «property price gap» est considéré comme un signal d’alerte avancé, annonciateur d’une crise bancaire susceptible d’intervenir dans les trois ans. Bigre !

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Banques centrales, Dette, Immobilier, Prix 0 commentaire
  • La grande inconnue des taux d’intérêt

    Imprimer

    pour cent.jpgLe plus grand danger qui menace la stabilité financière, ce n’est pas, quoi qu’en pensent les gérants d’actifs, l’effondrement de la bourse de Shanghai ou celui de l’économie chinoise dans son ensemble, c’est beaucoup plus simplement le fait que ces mêmes gérants n’ont pour la plupart rien connu d’autre que des taux d’intérêt quasi nuls et une liquidité plus qu’abondante.

    Dans leur grande majorité en effet, ils ne sont arrivés aux affaires qu’il y a six ou sept ans, lorsque les banques centrales, soucieuses de prévenir le déclenchement d’une véritable dépression à la suite de la crise de 2008, ont ouvert massivement le robinet de la création monétaire et se sont mises à racheter à tour de bras des obligations d’Etat puis des obligations tout court.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Capital, Dette, Prix, Taux d'intérêt 0 commentaire
  • L'euro à 1 fr 20: les martingales de l’argent facile

    Imprimer

    A chaque fois que le franc fait mine de se rapprocher du cours plancher de 1.20 franc pour 1 euro, la question resurgit: n’y a-t-il pas une limite aux interventions que la Banque nationale suisse devra peut-être envisager pour le défendre ?

    Non, faut-il encore et toujours le rappeler, il n’y a par définition aucune limite à la quantité de monnaie qu’une banque centrale peut créer pour empêcher la hausse de son taux de change. Tout autre est la situation qui prévaudrait s’il s’agissait à l’inverse d’en empêcher la baisse : la banque centrale serait alors limitée par le montant des réserves de change à sa disposition. Une fois ces réserves épuisées, elle n’aurait d’autre choix que de laisser choir sa monnaie.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Monnaie, Prix 0 commentaire
  • L’inflation se cache-t-elle là où on ne l’attend pas?

    Imprimer

    Coup sur coup, la Banque centrale européenne (BCE) et la Banque nationale suisse (BNS) ont révisé à la baisse leurs prévisions d’inflation pour les mois à venir. C’est que, le mois dernier, la hausse des prix à la consommation s’est finalement révélée inférieure à ce que l’une et l’autre avaient pronostiqué. Non seulement cette hausse est moindre que prévu, mais encore elle est inférieure à ce qui, pour diverses raisons, est tenu à Francfort comme à Zurich pour un niveau équivalant à la stabilité des prix telle en tout cas que la visent les deux banques centrales, soit une hausse annuelle de 2% au maximum. Or les prix en zone euro n’ont augmenté que de 0,7% en un an, et en Suisse, la hausse sur douze mois de l’indice des prix à la consommation à fin février est même légèrement négative (-0,1%).

    Il y aurait donc, désormais encore davantage que précédemment, un risque de déflation qu’il ne faudrait pas ignorer, même si, de l’avis répété des patrons des deux instituts, Mario Draghi et Thomas Jordan, ce risque reste négligeable. Le mot même de déflation n’apparaît d’ailleurs pas dans le dernier communiqué de la BNS.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Banques centrales, Monnaie, Prix 0 commentaire
  • Bitcoin, le début de quelque chose

    Imprimer

    Supposons que le milliard d’utilisateurs fièrement annoncés par Facebook, ou que « seuls » les 400 millions d’utilisateurs réguliers du réseau acceptent dans un même élan de recourir au Bitcoin ou à quelque autre artefact électronique pour effectuer quotidiennement leurs paiements: cette «monnaie» deviendrait du jour au lendemain le moyen d’échange le plus universel, détrônant du même coup dollars, euros, livres et autres yens…

    Pourquoi l’accepteraient-ils ? 

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Banques centrales, Bitcoin, Prix 0 commentaire
  • USAM, USS, même combat

    Imprimer

    Par un singulier rapprochement, l’Union Syndicale Suisse (USS) rejoint l’Union suisse des arts et métiers (USAM) dans son opposition au durcissement de la loi sur les cartels.

    L’hostilité du petit patronat ne date pas d’hier ; elle se manifestait déjà il y a une soixantaine d’années lors des premiers balbutiements de la législation suisse en matière de concurrence. En revanche celle du monde syndical, habituel pourfendeur du pouvoir économique tel qu’incarné par les cartels et les monopoles, est plus surprenante. Elle était apparue il y a deux ans à l’annonce du projet de révision de la loi de 1995 présenté par le Conseil fédéral, et vient de se manifester une nouvelle fois par le report, à une très courte majorité, de son examen par la Commission de l’économie et des redevances du Conseil national (à la différence de celle du Conseil des Etats, qui l’avait accepté moyennant quelques retouches en mars dernier).

    Lire la suite

  • Marché des devises: La main dans le sac

    Imprimer

    Lorsque, en juin dernier, la Financial Conduct Authority (l’équivalent britannique de notre Finma, désormais aussi à l’œuvre) annonça ouvrir une enquête sur de possibles manipulations de cours des devises, il était déjà de notoriété dans les milieux professionnels du courtage que de subites et importantes variations se produisaient régulièrement sur le marché des changes quelques dizaines de secondes avant le fixing londonien de 16h, quand s’établissent les cours auxquels les banques se réfèrent pour comptabiliser les ordres d’achat et de vente reçus des innombrables entités (entreprises, fonds de placement, administrations publiques, etc.) formant leur clientèle, cours auxquels se réfèrent également ces mêmes entités pour arrêter, comme les normes d’audit leur en font parfois l’obligation, la valeur de leurs positions nettes en monnaies étrangères.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Banques centrales, Monnaie, Prix 0 commentaire
  • Inflation: fuyons le zéro comme la peste !

    Imprimer

    L’inflation zéro fut jusqu’à tout récemment un dogme absolu pour les banques centrales. Et pour cause : à la suite du premier choc pétrolier, l’ancienne relation que l’on avait longtemps cru déterminante, la fameuse «courbe de Phillips» (le taux de chômage évoluant en sens inverse de la hausse des prix), ne fonctionnait plus, et les tentatives de relance de la demande ne faisaient que déboucher sur de la «stagflation», fâcheuse coexistence d’inflation et d’absence de croissance, génératrice de chômage.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Monnaie, Prix 0 commentaire
  • Loyers et retraites: incohérences fédérales

    Imprimer

    La Commission de la prévoyance professionnelle recommande au Conseil fédéral de porter le taux d’intérêt minimal (taux auquel sont rémunérés les avoirs des assurés) de 1,5 % à 1,75 % au motif que les marchés – donc les taux en général – tendent à s’améliorer, cependant que l’Office fédéral du logement annonce que le taux d’intérêt de référence (taux hypothécaire applicable aux contrats de bail) «se situe désormais à 2,00 % et a donc baissé de 0,25 point de pourcentage par rapport à sa dernière publication».

    Assurés et locataires se frottent les mains, mais comment ne pas voir le manque crasse de logique qui caractérise et même oppose ces deux décisions. Car si par hypothèse les rendements financiers servant de base à l’appréciation de la Commission LPP devaient confirmer leur tendance récente à la hausse, il serait impossible que dans le même temps les taux hypothécaires s’affaissent dans la mesure évoquée par l’OFL.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Prévoyance, Prix, Taux d'intérêt 1 commentaire
  • Bientôt des banques low cost ?

    Imprimer

    L’Internet, et l’informatique qui l’a permis, sont comme chacun peut le voir autour de lui en train de révolutionner le monde des services. La vente en ligne tue petit à petit libraires, disquaires et pharmaciens, et dans le transport, qu’il soit aérien et bientôt ferroviaire, des entreprises «low cost» dament le pion aux compagnies classiques, prisonnières de charges fixes élevées qui les condamnent aux déficits malgré des tarifs en comparaison exorbitants.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Banques, Prix 1 commentaire
  • Le vain débat sur un salaire minimum

    Imprimer

    A ma gauche, les appels syndicaux en faveur d’une juste rétribution du travail, élément essentiel de la dignité humaine et subsidiairement pourvoyeur d’un revenu suffisant pour couvrir les besoins matériels de chaque ménage. A ma droite, l’argumentaire classique, et même néoclassique, qui s’appuie sur la logique économique pour rappeler que la fixation d’autorité d’un prix (d’un salaire) trop élevé réduit en soi les quantités échangées, en l’espèce le nombre effectif d’emplois disponibles à ce prix.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Prix, salaires, revenus 2 commentaires
  • Déflation en Suisse: faut-il en rire ou en pleurer?

    Imprimer

    Statistiquement parlant, il y a de la déflation en Suisse depuis mai 2011. C’est en effet à partir de ce mois-là que l’indice des prix à la consommation (base 100 en décembre 2010) s’est mis à reculer, passant de 100.8 à 98.9 à fin décembre 2012. La baisse est modeste (–1.9%), mais régulière, ce qui correspond assez exactement à la définition du phénomène, telle que nous la livre le glossaire de la BNS: «La déflation est le contraire de l’inflation. Elle représente une baisse durable, se répétant sur plusieurs périodes, du niveau général des prix. Le taux de déflation mesure, en pour-cent, la baisse de l’indice des prix.»

    Pour les économistes, une déflation prolongée est le pire des maux, en ce qu’elle incite les ménages à différer leur consommation pour profiter, plus tard, de prix plus bas. Il en résulte, par effet ricochet, une contraction de la production, du revenu et de l’emploi.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Banques centrales, Prix 0 commentaire