Le blog de Marian Stepczynski - Page 2

  • L’humeur des marchés, mieux que la BNS

    Imprimer

    Alors qu’il a fallu à la Banque nationale plus de 130 milliards de francs d’achats de devises en un an pour défendre un cours de l’euro qui ne s’écarte pas trop de 1.07 franc, le renversement des attentes qui s’est manifesté ces derniers jours sur les marchés a d’un seul coup propulsé la monnaie unique à près de 1.10 franc (et même au dessus, le 24 février). On ne va pas bouder son plaisir, surtout du côté des exportateurs, mais on peut tout de même s’interroger sur la capacité d’un petit pays, important financièrement certes, mais néanmoins lilliputien sur la scène mondiale, à piloter sa monnaie indépendamment des grands courants internationaux.

    Lire la suite

  • Les experts eux-mêmes y perdent leur latin

    Imprimer

    Ainsi que le veut la formule, il y a deux façon de voir les choses : l’une bonne, l’autre mauvaise.

    Commençons par la bonne. La vaccination aidant et l’envie pressante de sortir de l’ornière y mettant du sien, la conjoncture semble un peu partout réagir aux aides diverses mises en œuvre ou sur le point de l’être, tels le plan massif annoncé par l’administration Biden (1900 milliards de dollars) ou celui, encore plus ambitieux (1800 milliards d’euros), de la Commission européenne. Indice typique d’un retour progressif à la normale, le rendement des obligations du Trésor américain à dix ans a progressé d’un bon tiers depuis le début de l’année. 

    Lire la suite

  • Le Bitcoin et la dette publique

    Imprimer

    D’un côté, une communauté financière qui s’enflamme pour une «cryptomonnaie» ne valant intrinsèquement rien et en propulse pourtant la «valeur de marché» jusqu’à près de 50'000 dollars l’unité. De l’autre, un escadron d’économistes majoritairement français et presque exclusivement de gauche qui considèrent que, 2'000 milliards de dette publique ne valant au fond pas grand-chose puisque détenus par la BCE, mieux vaudrait les effacer purement et simplement. Un monde fou, fou, fou, fou, en somme. En tout cas, des signaux révélateurs d’une perte de repères, qui conduit à négliger quelques vérités que l’on ferait bien de garder à l’esprit.

    Lire la suite

  • Les hedge funds, onzième plaie d’Egypte ?

    Imprimer

    Le rôle exact de ces curieuses créatures financières, utiles pour certains, nuisibles pour d’autres, est un sujet de discussion qui revient sur la table à chaque péripétie boursière. L’affaire GameStop ne fait pas exception : elle a enrichi quelques milliers de boursicoteurs en même temps qu’elle a fait tanguer de gros hedge funds pris à contrepied. L’attention du coup attirée d’un public composé d’envieux mais aussi de professionnels aguerris amène ainsi à s’interroger une fois encore sur la vraie nature de cette classe particulière de stratèges de la gestion dite alternative.

    Lire la suite

    Lien permanent 0 commentaire
  • Ils jouaient à faire sauter la banque

    Imprimer

    Le monde financier est en émoi depuis qu’une masse – des milliers, peut-être davantage – de boursicoteurs réunis sur un site communautaire spécialiste du genre se sont mis en tête de faire «sauter Wall Street» en poussant à la hausse le cours d’une action tout ce qu’il y a de plus ordinaire, de manière à prendre à contre-pied des hedge funds qui spéculaient à la baisse sur ce titre d’une société à deux doigts de faire faillite (GameStop, une chaine américaine de magasins de jeux vidéo).

    Lire la suite

    Lien permanent 4 commentaires
  • Le séquençage d’une crise

    Imprimer

    A la manière de ces équipes de scientifiques qui tentent de percer les mutations du virus pour mieux le combattre, on peut s’essayer à comprendre les effets d’un arrêt soudain, inédit, du fonctionnement de nos économies. Totalement inédit, car jamais dans l’histoire, même celle des deux conflits mondiaux, les activités de tous genres n’ont été à ce point livrées au hasard des pérégrinations mutagènes d’un microbe.

    Lire la suite

    Lien permanent 0 commentaire
  • Pour vivre heureux, vivons cachés

    Imprimer

    La Banque nationale suisse, établissement respectable de droit à la fois public et privé régi par une loi spéciale, dispose par ce truchement d’un monopole – celui d’émettre la monnaie fiduciaire légale – qui fait beaucoup d’envieux et encore davantage de contempteurs plus ou moins bien intentionnés. Les crises récentes, financières d’abord et à présent sanitaires, ont braqué les projecteurs sur cette structure assez curieuse, qui à l’instar de ses équivalences européennes (BCE, BoE) et américaine (Fed) est apparue à ces occasions en mesure de sauver l’économie, puisque dotée du pouvoir magique de créer à profusion de la monnaie non point tout à fait ex nihilo, mais à coup sûr sans effort puisqu’il lui suffit pour cela d’acheter des actifs (devises, titres de dette ou de participation) qu’elle paie au moyen de la monnaie qu’elle crée de son propre chef.

    Lire la suite

  • Le bitcoin, tulip mania du 21e siècle ?

    Imprimer

    Attention, danger. Quand un nombre croissant d’influenceurs du monde de la finance commencent à considérer le produit en question comme une alternative risquée mais sérieuse aux autres formes de placement, il y a tout lieu de se demander si l’on n’est pas en train d’assister à une nouvelle tulipomanie, cet engouement pour le bulbe de tulipe surgi au milieu du XVIIe siècle dans les Provinces-Unies des Pays-Bas.

    Lire la suite

    Lien permanent 3 commentaires
  • Ces eurosceptiques qui plastronnent

    Imprimer

    Nos Guillaume Tell et autres Winkelried de pacotille, qui défendent sur leurs blogs et dans les médias qui les accueillent la thèse selon laquelle l’indépendance retrouvée du Royaume-Uni serait la meilleure démonstration de la justesse de leurs vues, négligent deux ou trois choses essentielles.

    La première, évidente, est que la Suisse n’est pas l’héritière nostalgique d’un empire qui recouvrait  au faîte de sa gloire un bon quart de la planète, mais l’avatar, chanceux davantage qu’issu de ses mérites propres, d’une Europe qui a toujours trouvé avantage à son maintien au cœur du continent. Transporté en ce début du XXIe siècle, l’authentique Tell du mythe schwytzois ne se serait sûrement pas élevé contre de prétendus baillis bruxellois.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Europe, Humeur, Union européenne 8 commentaires
  • Véniel, le péché monétaire de la Suisse ?

    Imprimer

    Oui, la Suisse «manipule» sa monnaie, ou plus exactement son taux de change par rapport au dollar. La définition de ce péché est donnée par le Régisseur mondial des monnaies, j’ai nommé le Trésor américain, qui depuis 1988* est chargé de faire rapport au comité compétent du Congrès US sur l’état des relations entre les États-Unis et leurs principaux partenaires commerciaux. Sont considérés comme manipulateurs les pays, respectivement leurs banques centrales, qui abaissent artificiellement le taux de change de leur monnaie par rapport au dollar, afin évidemment de se procurer un avantage concurrentiel «déloyal» (unfair).

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Etats-Unis, gouvernance, Monnaie, suisse 2 commentaires
  • Rien ne sert de courir, il faut partir à point

    Imprimer


    Heureusement débloqué à la faveur d’une interprétation suffisamment vague pour n’indisposer personne, le gigantesque plan de relance préparé par la Commission européenne (1800 milliards d’euros) est censé permettre à l’Europe de renouer avec la croissance. Voilà pour le principe.

    Dans une vision plus prosaïque des choses, on alléguera que tout, en réalité, va dépendre du type de projets élus pour contribuer «à la reconstruction d’une Europe plus verte, plus numérique et plus résiliente» (verbatim de la Commission). Car, il faut l’admettre, la presque totalité des programmes d’infrastructures menés de par le monde, qu’ils soient matériels (ferroviaires, routiers, etc.) ou virtuels (numériques, éducatifs, etc.), s’avèrent en fin de compte à la fois plus lents à mettre en œuvre qu’espéré et infiniment plus coûteux qu’envisagé.

    Lire la suite

    Lien permanent 1 commentaire
  • A pas comptés vers la monnaie numérique

    Imprimer

    La BNS entrouvrirait-elle une boîte de Pandore ? Dans un rapport d’étape qui vient de paraître*, elle laisse en tout cas entendre, un peu plus clairement que jusqu’ici, que l’émission d’une monnaie numérique de banque centrale n’est plus du tout une perspective chimérique. Ce qui constituerait une «première» helvétique – plusieurs pays vont d’ores et déjà beaucoup plus loin – serait d’abord limité à une version dite «de gros», savoir que seuls les intermédiaires financiers, banques en tête, y auraient accès. 

    Le public attendra, pour toutes sortes de raisons, à commencer par le risque qu’il soit alors en mesure de court-circuiter l’étape bancaire, et à la limite la rendre parfaitement inutile. On imagine donc volontiers que les établissements en place, petits comme grands, soient sur pied de guerre pour défendre leur pré carré, tant le risque est grand que cette sorte de monopole naturel inhérent à l’intermédiation bancaire, avec tous les avantages qui en découlent (surprofits, salaires élevés, etc.), ne disparaisse comme par enchantement.

    Lire la suite

    Lien permanent 0 commentaire
  • Une femme à la barre – et quelle femme !

    Imprimer

    Si tout se passe bien (et on ne voit pas pourquoi il en irait autrement), Janet Yellen sera la prochaine Secrétaire au Trésor des Etats-Unis. Ce poste ne vous dit peut-être rien, alors qu’il est, avec la présidence du conseil des gouverneurs de la Réserve fédérale américaine, l’un des deux bras armés de la première puissance économique du monde : conduite de la politique monétaire pour la Fed – autrement dit la banque centrale – d’une part, maniement de la politique budgétaire pour le Trésor – autrement dit le ministère des finances – de l’autre. Or, circonstance exceptionnelle, Janet Yellen ne sera pas seulement la première femme à accéder à la tête du Département du Trésor. Elle sera aussi, de toute l’histoire de ces deux institutions majeures, l’une des rares personnes à en avoir successivement pris les commandes, puisqu’elle aura présidé la Réserve fédérale entre 2014 et 2018, avant que Donald Trump, par son acharnement à démolir tout ce que Barack Obama avait mis en place, ne décide, contrairement à tous les usages, de ne pas renouveler son mandat.

     

    Lire la suite

    Lien permanent 0 commentaire
  • Le virus au secours du commerce local ?

    Imprimer

    Il y a, avouons-le, quelque chose de parfaitement iconoclaste dans la proposition. Alors que les détaillants, à quelques incohérentes administratives près, sont condamnés à maintenir portes closes pour un temps indéterminé, comment imaginer que la pandémie puisse en réalité leur venir en aide ? Et pourtant. La conséquence, sinon immédiate, du moins à terme, du changement de nos habitudes en matière d’achalandage pourrait bien finir par profiter au commerce de proximité, c’est-à-dire très exactement à celui qui aujourd’hui est menacé d’extinction pure et simple si on ne lui porte pas secours. Voyons en effet.

     

    Lire la suite

  • A la louche, 1 milliard d'aide par mois perdu

    Imprimer

    Au commencement première de classe dans sa réponse au virus, la Suisse s’est retrouvée soudain en tête de liste des pays les plus touchés par les nouveaux cas. On avance toutes sortes d’explications, sans que l’une ou l’autre ne soit particulièrement convaincante. Certains pointaient du doigt les cantons latins, qu’on sait moins disciplinés que les alémaniques, réputés pour leur sens de la responsabilité individuelle. Las, la deuxième vague les frappe presque aussi durement. 

     

     

     

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Dette, gouvernance, Prévoyance, Santé, suisse 4 commentaires
  • «America great again» ? A voir

    Imprimer

    Le bilan économique dont le président sortant n’a cessé de se glorifier est-il justifié ? Un temps, les chiffres ont plaidé en sa faveur, et l’économie américaine s’est ressaisie rapidement après le plongeon de mars dû à l’explosion de la pandémie. Mais en dépit d’un rebond marqué au troisième trimestre, le niveau d’activité demeure inférieur à ce qu’il était en début d’année, et des signes de ralentissement se font à nouveau sentir, tant sur le front de l’emploi que sur celui de la consommation des ménages.

     

    Lire la suite

    Lien permanent 0 commentaire
  • La Suisse romande et la Banque nationale suisse

    Imprimer

    pierre languetin.jpgIl n’y a pas eu beaucoup de Romands à la tête de la BNS. Pierre Languetin (photo Keystone), décédé le 22 octobre, fut même le premier à en présider la direction générale, une vingtaine d’années avant Jean-Pierre Roth. Mais plusieurs membres du directoire de l’Institution ont laissé leur trace dans le souvenir de nous autres, journalistes économiques des grands quotidiens d’ici, à commencer par le défunt Journal de Genève. On rappellera d’abord l’excellent Alexandre Hay, toujours disponible, puis Pierre Languetin précisément, et enfin Jean Zwahlen. Plus récemment, on trouve Jean-Pierre Danthine, aux racines belges avant sa solide implantation en terres lausannoises, et plus près de nous encore, Andrea Maechler, Genevoise de naissance, au parcours académique international*. On aurait presque aimé ajouter à cette énumération Philipp Hildebrand, très attaché à Genève et parfait polyglotte, mais Lucernois pur sucre né à Berne avant d’être aspiré par la carrière que l’on sait, et promis peut-être à reprendre la tête de l’OCDE.

     

     

     

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Banques suisses, gouvernance, suisse 0 commentaire
  • Monnaie et climat ne font pas bon ménage

    Imprimer

    Avant, on n’en parlait pas, parce qu’il n’y avait pas lieu d’en parler : les banques centrales créaient de la monnaie, et le CO2 ne pourrissait pas l’atmosphère. A présent, la défense du climat s’est hissée au sommet des valeurs et partant des urgences, en même temps – pure coïncidence, mais n’empêche – que les politiques mises en œuvre par les banques centrales sont attaquées de toutes parts par les défenseurs de l’environnement. En Europe, la BCE se voit reprocher de soutenir par la bande les entreprises les plus polluantes, multinationales pétrolières au premier chef. En Suisse, la Banque Nationale affronte de même les versions locales des manifestations en faveur de l’urgence climatique, à quoi s’ajoute depuis peu, l’agenda des votations aidant, les antimilitaristes de toute espèce. Au Japon, on n’y est pas encore mais ça viendra, et aux Etats-Unis, surtout si le démocrate Joe Biden parvient à l’emporter, la Réserve fédérale y viendra peut-être aussi, elle qui pour l’heure n’emboîte pas encore le pas des Instituts d’émission européens acheteurs de papiers d’entreprises soupçonnées d’attenter à la biosphère.

    Lire la suite

    Lien permanent 0 commentaire
  • Mais qui fait monter la bourse? Nous!

    Imprimer

    L’une des constantes les plus affligeantes de la période actuelle est que les riches deviennent toujours plus riches quand la plupart des gens peinent à nouer les deux bouts. Aux Etats-Unis par exemple, 56% de la capitalisation boursière totale est en mains de 1% des plus riches, pendant que la rente moyenne promise aux personnes âgées de 55 à 64 ans par le plan de retraite 401(k) – le système de retraite le plus courant – atteint à peine 3000 dollars par an*.

    Le niveau sans cesse plus bas des taux d’intérêt arrange d’autant moins les choses que l’épargne précaution, portée à des niveaux inhabituellement élevés crise sanitaire oblige, restreint encore davantage les maigres ressources disponibles pour le plus grand nombre. 

    Lire la suite

  • Le crépuscule des dieux – non, des monnaies!

    Imprimer

    Nous sommes témoins en même temps qu’acteurs d’une accélération sidérante du volume de transactions numériques. L’usage du papier-monnaie, il n’y a pas si longtemps instrument dominant des échanges dans la vie quotidienne, fond à présent comme les glaciers sous l’effet du réchauffement, mais c’est en l’occurrence le Covid-19 – cette maladie apparue l’an dernier comme son nom l’indique – qui a stimulé le paiement sans contact. 

    L’air de rien, cette transition numérique pose un sacré problème aux banques centrales, puisque la monnaie fiduciaire légale (terme consacré pour désigner les billets et les pièces), qu’elles contrôlent totalement, se voit rapidement évincée par toutes sortes de solutions privées qui éludent ou en tout cas distendent le canal classique de transmission de la monnaie créée par elles. On pense ici non seulement aux cartes de crédit et de débit, mais aussi aux virements entre comptes et autres utilisations, quasi antédiluviennes puisque nées avec les banques, de la monnaie scripturale (terme consacré pour désigner la monnaie détenue sous forme d’écritures sur des comptes bancaires). 

    Lire la suite

    Lien permanent 3 commentaires