Futur

  • La grande folie du bitcoin continue

    Imprimer

    La grande folie du bitcoin continue. Visiblement impressionnés par l’engouement que suscite la crypto-monnaie, et pressés de toutes parts par les afficionados de l’instrument, la Securities and Exchange Commission américaine (SEC) a finalement délivré à un ETF lié à elle l’autorisation d’exister et d’être coté en bourse.

    Du coup, ceux des spéculateurs qui hésitaient encore à tremper leur petit doigt dans la sulfureuse potion magique se sont empressés de saluer la décision, et le cours de la chose s’est envolé au point de retrouver ses plus hauts niveaux, après avoir même frisé, le 20 octobre dernier, les 67'000 dollars le jeton.

    Pour rappel, parmi les dindons de la farce Madoff, on trouvait aussi des banquiers privés…

    Ce montant ne dit rien si l’on ne rappelle pas que le cours du bitcoin, après avoir oscillé entre 0 et 1 dollar durant ses deux premières années d’existence, avait atteint le 29 novembre 2013 le niveau alors considéré comme phénoménal de 1250 dollars, soit l’équivalent du prix d’une once d’or.

    Lire la suite

  • Le jeton électronique, monnaie du futur

    Imprimer

    La course aux cryptomonnaies met à ce point les autorités monétaires sous pression qu’elles se sont sérieusement attelées à l’étude de ce que pourrait devenir une monnaie numérique de banque centrale à notre portée à tous.

    Un groupe de travail réunissant les principales d’entre elles (dont la BNS) à Bâle, au siège de la BRI, vient de produire un troisième rapport d’étape montrant si besoin était combien l’affaire devient urgente.

    Lire la suite

  • La finance durable, qu'èsaquo ?

    Imprimer

    Dans l’un de ses derniers «Repérages», le Centre genevois de droit bancaire et financier (CDBF) pointe du doigt deux circulaires de la FINMA qui semblent «nudger» les banques et les assurances vers l’investissement durable. Voilà quiappelle quelques éclaircissements, que fournit heureusement Jeremy Bacharach, l’auteur de ladite note.

    Nudger, verbalisation de l’affreux anglicisme «nudge», signifie encourager ou inciter à changer de comportement en dehors de toute contrainte ou interdiction, ainsi que l’a formalisé le prix Nobel d'économie 2017 Richard Thaler.

    Lire la suite

  • L’inflation, cette fois-ci pour de bon ?

    Imprimer

    L’inflation n’est plus tout à fait celle souhaitée, et commence même à devenir problématique. Ce qui était souhaité par les autorités monétaires, c’était un taux de renchérissement en hausse, mais inférieur de justesse à une limite fixée plus ou moins arbitrairement à 2%. Ce qui est en train de se produire, c’est presque le double dans la zone OCDE(+3,3% sur un an à fin avril), beaucoup moins en Suisse certes (+0,3%), mais nettement plus que l’an dernier à pareille époque (-1,3%).

    Lire la suite

  • Quand la sécurité tue l’épargne et les banques

    Imprimer

    Parce qu’elles rechignent à faire crédit ou que tout simplement peu d’emprunteurs les sollicitent, les banques parquent leurs liquidités sur leurs comptes auprès de la banque centrale. Les chiffres sont éloquents à cet égard. Alors que l’ensemble de leurs crédits en Suisse n’ont augmenté que d’un peu plus de 40% en 10 ans – et encore essentiellement en prêts hypothécaires (+50%), les autres crédits n’ayant crû que de 15% – leurs avoirs en comptes de virement auprès de la BNS ont été multipliés par quinze !

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Banques, Capital, Futur, Taux d'intérêt 1 commentaire
  • Moins de monde sur la planète, un bien ou un mal ?

    Imprimer

    Population taux de reproduction 2100.jpg

    On meurt beaucoup dans les grandes épidémies, et celle du Covid-19 ne fait pas exception. Au dernier comptage, elle aurait fait plus de 2,7 millions de victimes. Ce ne sont pas fort heureusement, et de loin, les mêmes ravages que ceux causés par la grippe espagnole de 1918-1919 (entre 20 et 100 millions de morts), mais c’est davantage que ceux imputés à la grippe asiatique de 1956-1958 (1,1 million), et on n’en a pas fini avec ce maudit virus. 

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Futur, Population, Prévoyance 5 commentaires
  • Les experts eux-mêmes y perdent leur latin

    Imprimer

    Ainsi que le veut la formule, il y a deux façon de voir les choses : l’une bonne, l’autre mauvaise.

    Commençons par la bonne. La vaccination aidant et l’envie pressante de sortir de l’ornière y mettant du sien, la conjoncture semble un peu partout réagir aux aides diverses mises en œuvre ou sur le point de l’être, tels le plan massif annoncé par l’administration Biden (1900 milliards de dollars) ou celui, encore plus ambitieux (1800 milliards d’euros), de la Commission européenne. Indice typique d’un retour progressif à la normale, le rendement des obligations du Trésor américain à dix ans a progressé d’un bon tiers depuis le début de l’année. 

    Lire la suite

  • Le virus au secours du commerce local ?

    Imprimer

    Il y a, avouons-le, quelque chose de parfaitement iconoclaste dans la proposition. Alors que les détaillants, à quelques incohérentes administratives près, sont condamnés à maintenir portes closes pour un temps indéterminé, comment imaginer que la pandémie puisse en réalité leur venir en aide ? Et pourtant. La conséquence, sinon immédiate, du moins à terme, du changement de nos habitudes en matière d’achalandage pourrait bien finir par profiter au commerce de proximité, c’est-à-dire très exactement à celui qui aujourd’hui est menacé d’extinction pure et simple si on ne lui porte pas secours. Voyons en effet.

     

    Lire la suite

  • Le monde demain: la stagdéflation, ni V ni W ni U mais L

    Imprimer

    Au fur et à mesure que la pandémie semble rebondir, l’espoir d’une franche reprise – d’une conjoncture en «V» – qui remettrait d’un coup les économies d’aplomb s’amenuise pour laisser place à des pronostics plus déprimants.

    Grosso modo, deux scénarios se dessinent. Le premier, majoritairement choisi par les analystes, découle d’une vision monétariste des choses. Pour rappel, les adeptes de la théorie formalisée par l’Ecole de Chicago reviennent invariablement au postulat selon lequel l’inflation est «toujours et partout un phénomène monétaire». C’est l’augmentation excessive de la masse monétaire qui conduit, à la longue, à la hausse des prix. Ce point central de la théorie quantitative de la monnaie a beau sembler controuvé par l’évolution de ces dernières années, durant lesquelles les prix ont eu plutôt tendance à baisser malgré les énormes quantités de monnaie déversées par les banques centrales, on continue mordicus à le défendre. 

    Lire la suite

  • En vue : un endettement colossal

    Imprimer

    Le confinement, moyen grossier (mais y en avait-il d’autre ?) de ralentir la propagation du virus, a déclenché le choc conjoncturel le plus brutal que le monde ait connu depuis la guerre. Avec la même détermination qu’ils ont mise à déployer séance tenante les remparts sanitaires, les gouvernements ont construit, en tapant au hasard dans l’arsenal des moyens monétaires et budgétaires à leur disposition, des plans de soutien des entreprises et des ménages frappés par la chute des revenus. Ce sont, si on les additionne, des milliers de milliards au total qui auront été ainsi annoncés, et pour partie déjà débloqués.

    Seront-ils efficaces ? Bien malin qui pourrait aujourd’hui en juger. Etant donné qu’on est incapable de prédire le temps que prendra le déconfinement, et encore davantage d’en évaluer les retombées secteur par secteur, on ne sait pas ce qu’il en ressortira en termes de finances publiques, sinon que presque partout les ratios d’endettement vont exploser, eux qui étaient déjà élevés depuis la crise financière de 2007-2008. Ils franchiront allègrement les 100% du PIB dans les pays fortement endettés, s’en approcheront aussi aux Etats-Unis et pourquoi pas en Allemagne, pour ne pas parler des 150% italiens et des plus de 200% japonais.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Chine, Chômage, Croissance, Dette, Futur 5 commentaires
  • Le problème des aides tous azimuts

    Imprimer

    On ne peut que comprendre la détresse financière des prestataires de services en tout genre, sanitaires, culturels, cosmétiques, etc. privés de la moindre possibilité de «faire entrer de l’argent», et tenter d’y remédier. Reste que distribuer du pouvoir d’achat à large échelle sans qu’existe, en face, une production correspondante, pose un problème macro-économique qui n’est simple ni à comprendre ni à résoudre.

    Si en effet la distribution se généralise, dans le cas extrême, à l’ensemble de la population active confinée, elle n’équivaut plus à une prestation d’assurance, financée selon le principe de la prise en charge collective des risques, mais elle représente bel et bien une dépense sans contrepartie. Il en résulte par définition un excès de demande sur l’offre, ce qui est la condition d’apparition de l’inflation.

    Lire la suite

  • Un virus, et tout s’arrête

    Imprimer

    Avocats de la cause féminine et champions de l’urgence climatique n’ont qu’à bien se tenir : un virus pas si létal que ça est en train de les remplacer sur l’agenda des priorités, mettant la planète médiatique sens dessus dessous et semant le chaos dans la gouvernance mondiale. Il se pourrait même, si les choses durent voire s’aggravent, que l’économie bascule carrément dans la récession, à la manière de ce qu’avaient entraîné la crise des subprimes ou, plus loin encore dans le temps, les crises pétrolières.

    Deux sortes de caractéristiques font toutefois la différence.

    Lire la suite

  • Ma caisse de retraite recherche dette, désespérément

    Imprimer

    Lorsque l’incertitude règne, il est assez normal que l’on réfugie ses avoirs dans des valeurs sûres. Or, l’univers des placements financiers ne compte pas une infinité de choix en la matière. On les compterait même, ces choix, sur les doigts d’une seule main : à part les métaux précieux (encore que la plupart d’entre eux fluctuent beaucoup trop pour offrir en tout temps une sécurité adéquate), il n’y a guère que les titres de dette émis par des Etats inspirant confiance qui satisfassent au critère.

    On comprend donc que les individus et les organismes collectifs appelés à gérer des fonds de manière à la fois précautionneuse et si possible rentable se bousculent à l’émission de nouveaux emprunts publics, voire se tournent faute de mieux vers le marché secondaire, la Bourse, pour y acheter ce qui s’y présente quitte à en faire monter les cours.

    Lire la suite

  • Le e-franc, c’est plié. Pour l’instant ?

    Imprimer

    Enterrée, donc, l’idée d’une monnaie électronique de banque centrale  destinée au public*. S’il peut à la rigueur se justifier de créer un franc électronique, ce ne peut être en l’état, estime le Conseil fédéral, qu’à l’intention de l’échelon intermédiaire, savoir celui des banques et d’autres grossistes du marché financier. C’est sans doute raisonnable, mais c’est un peu dommage. Pourquoi se fermer à une évolution technologique qui finira bien un jour par s’imposer ?

    Lire la suite

  • Ce trop-plein d’épargne a des causes évidentes

    Imprimer

    Ce qui, normalement, pousse les actions vers le haut, c’est la perspective de bénéfices futurs en hausse, et donc de dividendes plus élevés. Or l’économie mondiale vacille plutôt qu’elle ne croît, de sorte que les promesses de rendement sont en train de s’affadir. Comment alors expliquer l’excellente tenue des marchés boursiers, qui depuis le début de l’année affichent une performance en complet décalage avec les prévisions conjoncturelles ?

    Lire la suite

  • Bientôt, les monnaies seront numériques

    Imprimer

    La Banque nationale suisse n’y croit guère, et pourtant la numérisation des monnaies avance à grands pas. On en veut pour preuve non seulement le lancement prochain de la libra, qui paraît irrésistible malgré les méfiances exprimées ici et là, mais aussi et surtout la multiplication explosive de solutions de paiement privées, quasi gratuites, de la part de géants du numérique, de plateformes de e-commerce et plus récemment de néobanques, allemandes notamment (ce qui est un comble pour un pays généralement considéré comme plutôt traditionnaliste), uniquement présentes sur les réseaux de téléphonie mobile.

    Lire la suite

  • Facebook Libra et autres artéfacts monétaires

    Imprimer

    La planète est en émoi depuis que Facebook a annoncé le lancement de Libra, sa monnaie numérique. Car même si la réputation du réseau social a été sérieusement mise à mal depuis l’affaire des fuites de Cambridge Analytica, le nombre de ses utilisateurs est tellement élevé que son entrée dans le monde des paiements risque par ce simple fait de déstabiliser l’ensemble du système bancaire.

    Lire la suite

  • A la poursuite de prix équitables: Et si la Suisse adoptait l'euro?

    Imprimer

    Le combat contre l’«îlot de cherté suisse» ressemble beaucoup à celui livré contre la hausse constante des primes d’assurance-maladie : postulats et motions parlementaires, initiatives et contre-projets se succèdent, sans que véritablement l’on se rapproche de l’objectif visé.

    Les prix en Suisse demeurent – chiffres de 2017 – de quelque 56% (et même de 68% pour les services) plus élevés que dans les pays de l’UE-15, et tout porte à penser que les mesures préconisées pour renforcer la concurrence, qu’elles émanent de l’initiative «pour des prix équitables» ou du texte que le Conseil fédéral suggère de lui opposer, n’auront pas beaucoup plus d’impact que tout ce qui a été mis en place jusqu’ici.

    Il y a en effet quelque chose de donquichottesque dans ces tentatives de séparer l’îlot de prix, dont tout le monde se plaint, de l’«îlot de salaires» (pour reprendre l’expression d’un confrère de la NZZ), tout aussi élevés, mais que personne, bien évidemment, ne songe à dénoncer, quand bien même les deux phénomènes sont étroitement liés.

    Lire la suite

  • Taux nuls : calamité ou bénédiction?

    Imprimer

    On sait maintenant, ou du moins croit-on savoir, que des taux d’intérêt nuls ou même négatifs sont faits pour durer. Comment, en effet, expliquer qu’ils demeurent aussi bas – alors que l’activité, repartie un peu partout, devrait logiquement réveiller l’inflation et les faire remonter dans la foulée – sinon que des mécanismes plus profonds sont à l’œuvre, qui déjouent les relations habituelles entre épargne et investissement et font que malgré des salaires plutôt en augmentation, signe d’une amélioration de l’emploi, les entreprises ne répercutent pas leurs hausses de coûts sur les prix.

    Lire la suite

  • 2019, année de la monnaie

    Imprimer

    L’euro n’a jamais eu la cote chez les économistes, qui l’ont considéré dès sa naissance comme condamné à disparaître à la première occasion, car conçu à rebours du bon sens. Au lieu de parachever une harmonisation des politiques budgétaires et une nécessaire union bancaire, donc d’intervenir au dernier stade de l’intégration économique, la création de la monnaie unique les a précédées, comme si elle pouvait forcer la main de gouvernements restés maîtres chez eux.

    Lire la suite