En vue : un endettement colossal

Imprimer

Le confinement, moyen grossier (mais y en avait-il d’autre ?) de ralentir la propagation du virus, a déclenché le choc conjoncturel le plus brutal que le monde ait connu depuis la guerre. Avec la même détermination qu’ils ont mise à déployer séance tenante les remparts sanitaires, les gouvernements ont construit, en tapant au hasard dans l’arsenal des moyens monétaires et budgétaires à leur disposition, des plans de soutien des entreprises et des ménages frappés par la chute des revenus. Ce sont, si on les additionne, des milliers de milliards au total qui auront été ainsi annoncés, et pour partie déjà débloqués.

Seront-ils efficaces ? Bien malin qui pourrait aujourd’hui en juger. Etant donné qu’on est incapable de prédire le temps que prendra le déconfinement, et encore davantage d’en évaluer les retombées secteur par secteur, on ne sait pas ce qu’il en ressortira en termes de finances publiques, sinon que presque partout les ratios d’endettement vont exploser, eux qui étaient déjà élevés depuis la crise financière de 2007-2008. Ils franchiront allègrement les 100% du PIB dans les pays fortement endettés, s’en approcheront aussi aux Etats-Unis et pourquoi pas en Allemagne, pour ne pas parler des 150% italiens et des plus de 200% japonais.

Dans l’immédiat, on ne compte pas. Même nos braves parlementaires helvétiques approuvent sans rechigner les dizaines de milliards demandés par le Conseil fédéral, eux qui chipotent habituellement pour bien moins que cela. Mais peut-on être sûr que les prodigalités d’aujourd’hui, produites pour le bon motif, empêcher la dépression, ne déclencheront pas demain une crise de la dette en regard de laquelle les défauts grec (2009), argentin (2001) ou mexicain (1982) par exemple, ne seraient que roupie de sansonnet ?

Les avis des experts sont partagés. Beaucoup dépendra, justement, de la réussite ou non du déconfinement. Mal maîtrisé, laissant se répandre une seconde vague de pandémie et obligeant à repartir de zéro, il prolongerait les pertes (3,4 milliards d’euros par mois de confinement pour les ménages français, a-t-on calculé à l’OFCE*) et les saignées budgétaires qui en découlent. A l’inverse, s’il réussit et qu’un redressement de l’activité se manifeste tambour battant, un enflammement des prix et des salaires se déclencherait auquel on se sentira obligé d’opposer les instruments monétaires de la politique anti-inflationniste, avec pour résultat une remontée rapide des taux d’intérêt et, partant, une charge devenue écrasante du service de la dette. Entre ces deux scénarios, il y aura peut-être une troisième voie, plus paisible, faite d’un retour progressif à la normale. Les taux resteraient bas, la dette financièrement supportable. Mais il n’empêcherait alors que la ou les années volées (mais indemnisées) aux générations d’aujourd’hui pèseront sur les générations futures, auxquelles on demandera le moment venu de passer à la caisse. Car même si, à l’intérieur de l’économie dans son ensemble, aux dettes font face des créances d’un montant équivalent (ce qui fait dire à certains qu’en somme le pays se fait crédit à lui-même et qu’il n’y a pas de mal à cela), le remboursement des premières – et l’extinction concomitante des secondes – ne constituera pas un tour de passe-passe, mais représentera une sacrée ponction sur les revenus ou, si l’on préfère, un appauvrissement général.tie par 2,7 milliards d’euros d’indemnités journalières
(https://www.ofce.sciences-po.fr/pdf/pbrief/2020/OFCEpbrief66.pdf)

 

 

Lien permanent Catégories : Chine, Chômage, Croissance, Dette, Futur 5 commentaires

Commentaires

  • Voila une raison de plus pour mettre vraiment fin une fois pour toutes a l`évasion fiscale des transnationales qui, en toute légalité (!), ouvrent des sieges fiscaux dans les paradis fiscaux et multiplient les filiales ne servant qu`a échapper a la taxation. Il ne faudra pas se plaindre si les lobbies continuent a faire la loi.

  • J'apprécie votre clarification si rigoureuse.
    Un manque de rigueur a fait que les gouvernements ont pris des décisions avec des calculs simples ou complexes, sans tenir compte de la réalité sonnante et trébuchante à long terme. Ils jouent les grands seigneurs en promettant des sommes énormes et en imposant le confinement, mesure hygiénique et disciplinaire alors que c'était aux médecins de gérer la situation. Or ceux-ci n'ont même pas ou souvent pas le droit de prescrire ce qui leur semble le plus approprié. Les pays qui se sont passés de la démarche uniforme du confinement s'en sont mieux tirés au niveau des morts et certainement aussi au niveau économique.

  • Les Grandes Banques Mondiales enseignent à leurs collaborateurs ceci:" La couleur politique d un Etat, de son Président, de son Gouvernement, de la Majorité politique ou de l opposition n importe aucunement, on s en fiche. Une fois un Etat est endetté , il est dans votre poche" et Amen.

    Regardons la dette grecque "offerte" par l Union Européenne. L intérêt de cette dette colossale prêtée par la BCE n est pas à 0% bien entendu mais de 10%, c à d en 10 ans cette dette est due en double.Par qui cette dette a transité vers les Grecs? Non pas directement par la BCE mais par des Grandes banques privées qui empochent en 10 ans la même somme prêtée.

    N.B: Me-trompé-je? car Je sais que je suis sur le blog d un économiste hors norme?!
    Bien à Vous.
    Charles 05

  • D'autant plus que la BNS, dans son rapport du 23 avril, nous apprend qu'elle a perdu 41.2 milliards CHF sur les placements en monnaies étrangères au premier trimestre, dont 36% sont en USD. Grâce à quelques bénéfices sur l'or et les actions, la perte ne sera finalement que de 38.2 milliards. Le bénéfice annoncé l'an dernier est poutzé par cette perte. Comment financer les mesures destinées à guérir les bobos que le COVID-19 a causés à notre économie ? Il faudra imprimer des billets numériques ou passer à la caisse.

  • Vu les dégâts d'un tout petit virus, on peut peut-être arrêter d'acheter des armes pour des milliards tous les ans! En 2001 un petit cutter et en 2020 un tout petit virus de rien du tout ont changés la face du monde en moins de 3 mois, durablement!

Les commentaires sont fermés.