• Ce trop-plein d’épargne a des causes évidentes

    Imprimer

    Ce qui, normalement, pousse les actions vers le haut, c’est la perspective de bénéfices futurs en hausse, et donc de dividendes plus élevés. Or l’économie mondiale vacille plutôt qu’elle ne croît, de sorte que les promesses de rendement sont en train de s’affadir. Comment alors expliquer l’excellente tenue des marchés boursiers, qui depuis le début de l’année affichent une performance en complet décalage avec les prévisions conjoncturelles ?

    Lire la suite

  • Ce Nobel pour les pauvres (et pour d’autres ?)

    Imprimer

    L’attribution du prix de sciences économiques de la Banque royale de Suède en mémoire d’Alfred Nobel, dit prix Nobel d’économie, à trois représentants de la recherche en économie comportementale, n’a pas fait que d’enthousiastes commentateurs.

    L’un des trois lauréats en particulier, la franco-américaine Esther Duflo, avait même été auparavant assez sèchement éreintée dans un ouvrage paru l’an dernier*, où l’auteur écrivait en plusieurs endroits tout le mal qu’il pensait des chercheurs de cette espèce.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Air du temps, Croissance, gouvernance 2 commentaires
  • Pologne: où le populisme, hélas, paie

    Imprimer

    En Pologne, on appelle cela «kiełbasa wyborcza», littéralement «saucisse électorale». Fort, déjà, d’une popularité insurpassable, le parti au pouvoir PiS (Droit et Justice) avait multiplié les promesses électorales pour s’assurer la victoire la plus large possible aux élections parlementaires du 13 octobre: 500 złotys mensuels de plus pour les familles mettant au monde un premier enfant (jusqu’ici, le cadeau ne valait qu’à partir du deuxième enfant), abaissement de l’âge de la retraite (ramené à 65 ans pour les hommes et 60 ans pour les femmes), doublement du salaire minimum, exonération d’impôt sur le revenu pour les jeunes de moins de 26 ans, etc. etc.

    Bien lui en a pris, puisque la victoire s’annonce effectivement écrasante. Il y aura donc beaucoup à méditer sur l’usage électoral des saucisses, en Pologne comme ailleurs. Même si, à la différence d’autres expériences populistes, celle qui est menée dans ce cas a ceci de remarquable qu’elle est le fait d’un parti constant dans sa ligne et qui, surtout, tient ses engagements, parole d’électeurs.

    Lire la suite

  • Contre Super Mario: du rififi chez les banquiers centraux

    Imprimer

    Jusqu’ici, la critique du laxisme monétaire avait été le fait de voix isolées. Désormais, elle s’exprime ouvertement et collectivement : un groupe de six ex-banquiers centraux et anciens chefs économistes de la Banque centrale européenne (BCE), soutenus par deux anciens gouverneurs de la Banque de France, dénoncent dans un mémorandum publié urbi et orbi la semaine dernière la politique d’«assouplissement quantitatif» menée par l’institution, et s’attaquent en particulier à la décision prise, lors de la dernière séance de son conseil, de reprendre les achats massifs d’obligations d’Etat afin d’atteindre l’objectif déclaré de «maintenir l’inflation annuelle au-dessous, mais à un niveau proche, de 2%».

    Lire la suite

  • Ces Allemands qui désertent la BCE

    Imprimer

    On sait le peu d’estime que les Allemands portent à la politique suivie par la BCE depuis que Mario Draghi en assume la présidence. Ils lui reprochent principalement de favoriser, par un laxisme monétaire à leur avis éhonté, des comportements budgétaires à mille lieues de l’orthodoxie, unique garante selon eux de l’intégrité de la zone euro.

    Un Hans-Werner Sinn par exemple, président de l'Institut für Wirtschaftsforschung, ne manque aucune occasion de dénoncer le grossissement démesuré des balances de Target2, ce système de règlement brut des paiements en temps réel entre banques centrales nationales de l’Eurosystème, qui permet à celles-ci de répondre sans limite précise, et sans jamais en régler les soldes, aux besoins des banques commerciales – d’où son surnom de «fosse à liquidités».

    Lire la suite

    Lien permanent 1 commentaire