20/09/2017

Prévoyance en Suisse: et si on tentait un plan C ?

La politique passe pour être l’art du possible, même si le possible, outre qu’il contrevient souvent à la logique économique, peut chez nous échouer devant le peuple. Prenons le projet Prévoyance 2020. Tout a été dit, y compris son contraire, à son propos. Périlleux bricolage, mariant allégements divers et charges supplémentaires comme on marie la carpe et le lapin, il a été conçu de manière à répondre aux multiples objections soulevées au Parlement. Pour autant, il n’est pas sûr qu’il rallie une majorité suffisante devant les urnes, tant les oppositions croisées qu’il a suscitées ont fini par se neutraliser et risquent bien de faire trébucher le tout. Même un plan B, qui selon certains serait déjà prêt, n’échapperait pas en votation populaire à un rejet sec et cinglant.

Lire la suite

07:05 Publié dans Capital, Financement des retraites, Fiscalité, Futur, Prévoyance, suisse | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | |

15/03/2017

L’inflation au secours des retraites

Il y a quelque chose de byzantin dans la façon dont le Conseil national et le Conseil des Etats, par commissions interposées, se renvoient la balle à propos du projet de réforme de la prévoyance vieillesse présenté par le Conseil fédéral. Les ajustements, proposés pour être aussitôt écartés, ne sont certes pas des broutilles, puisque tantôt ils ajoutent et tantôt ils soustraient des montants par milliards à l’addition finale. Mais l’horizon visé est bas : à quinze ans de distance – une paille à l’échelle démographique – tout sera à reprendre, car les mesures sur lesquelles on s’écharpe ne sont que des mesurettes.

Traitées ensemble ou séparément, AVS et prévoyance professionnelle obligatoire se heurtent en effet à la même évidence, qu’on voyait pourtant venir il y a fort longtemps déjà : la transition démographique désarticule, en Suisse comme ailleurs, les savantes constructions bâties sur les certitudes de l’époque.

Lire la suite

07:28 Publié dans Capital, Démocratie, Financement des retraites, Prévoyance, suisse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

05/01/2017

L’idée du professeur Tschopp reste actuelle

Il y a un quart de siècle ou presque, le 30 novembre 1992 très exactement, le conseiller national Peter Tschopp déposait une initiative parlementaire proposant l’adjonction aux institutions d’assurances prévues par la Constitution (LAMA, AVS, LPP) d’une «institution fédérale de prise en charge des frais sanitaires et d’encadrement liés au grand âge».

Lire la suite

07:07 Publié dans Financement des retraites, Finances publiques, Prévoyance, Santé | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

21/09/2016

AVS, 2e pilier, c’est du pareil au même

prevoyance vieillesse retraite.jpgOn tient mordicus à opposer 1er  et 2e pilier, alors que les deux ouvrages sont confrontés au même problème de statique. L’AVS, fondée sur la répartition (“pay as you go” disent les Anglo-Saxons), souffre du vieillissement démographique qui détériore le rapport de dépendance. La prévoyance professionnelle obligatoire, fondée sur l’accumulation et le placement d’épargne, est censée y échapper, mais en réalité trébuche sur le même obstacle, pour des raisons qu’on se garde généralement de mettre en lumière. Voici donc, pour la clarté de la chose, de quoi il retourne.

Lire la suite

07:41 Publié dans Capital, Financement des retraites, Prévoyance, suisse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

24/08/2016

Les calculs d’épicier de la prévoyance

Si notre prévoyance à trois piliers, modèle de réussite actuarielle, suscite partout l’admiration, elle s’avère en réalité plus coûteuse qu’efficace, du moins si l’on en juge par son résultat, savoir le taux de remplacement du dernier salaire.

La Suisse se classe en effet à cet égard quelque part entre le vingtième et le trentième rang mondial, avec un taux de l’ordre de 40%, ce qui ne l’empêche pas de connaître, elle aussi, des difficultés croissantes de financement. Les perspectives démographiques pèsent sur l’avenir de l’AVS et, alliées à la faiblesse des rendements financiers, menacent également l’équilibre des caisses de pensions.

Lire la suite

07:15 Publié dans Assurances, Capital, Financement des retraites, Prévoyance | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | |

06/04/2016

Ce qui se cache derrière les taux négatifs  

Les pères et mères de la prévoyance professionnelle obligatoire n’auraient sans doute jamais imaginé que des taux d’intérêt puissent devenir négatifs et ruiner du même coup leur œuvre commune. Car des taux négatifs, soyons-en conscients, détruisent du capital ; or l’essence même du 2e pilier est la capitalisation, primo du fait de l’accumulation d’épargne (les cotisations payées par les employeurs et leurs salariés), secundo du fait de la rémunération de cette épargne (l’intérêt légal servi sur les avoirs de vieillesse), et même, tertio, par l’intervention d’un taux, dit technique, servant à calculer la valeur actuelle des engagements futurs de rentes.

Lire la suite

30/06/2015

Qu’en termes choisis ces choses-là sont dites !

1 2 3e pilier schema.jpgTout de prudence, l’Office fédéral des assurances sociales (OFAS) rappelle dans son dernier rapport statistique sur les assurances sociales que le 2e pilier se trouve encore, ce que l’on oublie souvent, dans sa période de constitution, c’est-à-dire que les premiers assurés présentant une durée de cotisation complète atteindront l’âge de la retraite aux alentours de 2025 seulement.

Ce qui signifie qu’à partir de ce moment-là les sorties de fonds des caisses de pensions seront nettement plus importantes, et que le régime de la prévoyance professionnelle se rapprochera alors d’un système de financement par répartition, perdant par la même occasion une bonne partie de sa justification, qui était de reposer sur l’accumulation d’un capital générant un certain revenu (le «troisième cotisant»).

Lire la suite

10:22 Publié dans Démocratie, Futur, Prévoyance | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

16/06/2015

Obligations, le piège fatal

1000 francs.jpgContraintes par la loi ou amenées à s’y conformer par la force de l’habitude, les institutions collectives allouent une part importante voire prépondérante de leur fortune aux placements en valeurs à revenu fixe, et de préférence en obligations d’emprunts d’Etat. Les caisses de pensions suisses leur consacrent 35% de leurs avoirs ; les assureurs-vie, jusqu’à deux fois plus s’agissant de la fortune liée à leurs engagements, notamment vis-à-vis des premières nommées.

Bref, l’idée conventionnelle selon laquelle absence de risque rime avec créance sur débiteur souverain et si possible sur la Confédération continue de façonner le gros de la structure de nos systèmes de prévoyance.

Lire la suite

10:57 Publié dans Dette, Financement des retraites, gouvernance, Prévoyance | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

07/04/2015

Axa l’a dit, le FMI aussi

On ne croyait pas si bien dire la semaine dernière en relevant combien un taux de conversion (du capital en rentes) trop élevé avait pour conséquence d’alourdir la charge qui pèse sur les générations futures. Or voici que l’assureur Axa-Winterthur vient d’annoncer qu’il abaissait dès janvier le taux de conversion appliqué dans deux de ses fondations LPP, en raison précisément de «l’allongement constant de l’espérance de vie» et, ajoute-t-il, de «la faiblesse persistante des taux d’intérêt». 

Lire la suite

06:30 Publié dans Assurances, Prévoyance | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

11/03/2014

Les retraites des Suisses affectés d'un risque systémique

Depuis l’entrée en vigueur de la prévoyance professionnelle obligatoire (1985), le nombre des caisses de pensions toutes catégories confondues a été divisé par neuf. Alors qu’on en comptait près de 18'000 à l’époque, elles sont à peine plus de 2000 aujourd’hui. Ployant sous les charges administratives et les coûts liés à une réglementation toujours plus complexe, de moins en moins capables, faute d’une gestion suffisamment professionnelle, d’atteindre les objectifs que leur assignent leurs statuts ou tout simplement la loi, faute aussi d’une structure d’âge ou encore de marchés financiers qui leur soient favorables, les plus petites d’entre elles disparaissent, liquidées, fusionnées ou absorbées par plus grosses qu’elles. 

Lire la suite

07:47 Publié dans gouvernance, Prévoyance | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

03/12/2013

Une seule manière de compenser le vieillissement de la population: allonger la période active de la vie

Cessons de tourner autour du pot. Ici comme ailleurs la prévoyance, qu’elle soit organisée en répartition (l’AVS) ou en capitalisation (le IIe pilier), n’échappera par aucun miracle au recul de l’âge de la retraite, et cela pour deux raisons très simples : la vie s’allonge et la natalité baisse. Le vieillissement de la population qui en résulte, et fait qu’il y a de moins en moins d’actifs pour toujours plus de personnes à charge, est une perspective aux conséquences financières incontournables, quoi que veulent bien nous dire ceux qui continuent d’assurer le contraire. C’est vrai que le trou dans les comptes de l’AVS annoncé pour demain matin ne s’est pas encore produit, mais de là à imaginer qu’il ne se produira jamais par la vertu de la hausse des revenus (sous-entendu : que ces revenus augmenteront suffisamment pour supporter sans douleur des charges croissantes), il y a une dangereuse méprise.

Lire la suite

07:41 Publié dans Prévoyance | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook | | |

10/09/2013

Loyers et retraites: incohérences fédérales

La Commission de la prévoyance professionnelle recommande au Conseil fédéral de porter le taux d’intérêt minimal (taux auquel sont rémunérés les avoirs des assurés) de 1,5 % à 1,75 % au motif que les marchés – donc les taux en général – tendent à s’améliorer, cependant que l’Office fédéral du logement annonce que le taux d’intérêt de référence (taux hypothécaire applicable aux contrats de bail) «se situe désormais à 2,00 % et a donc baissé de 0,25 point de pourcentage par rapport à sa dernière publication».

Assurés et locataires se frottent les mains, mais comment ne pas voir le manque crasse de logique qui caractérise et même oppose ces deux décisions. Car si par hypothèse les rendements financiers servant de base à l’appréciation de la Commission LPP devaient confirmer leur tendance récente à la hausse, il serait impossible que dans le même temps les taux hypothécaires s’affaissent dans la mesure évoquée par l’OFL.

Lire la suite

07:45 Publié dans Prévoyance, Prix, Taux d'intérêt | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | |

16/07/2013

Pensions et retraites: cherchons experts en marc de café

L’Office fédéral des assurances sociales (OFAS) lance un appel d’offres pour un projet de recherche ayant pour objet «la définition d’une fourchette de rendement réaliste qui puisse servir de référence acceptable lors des discussions concernant le taux de conversion minimal fixé dans la loi sur la prévoyance professionnelle». Autrement dit, que ceux qui pensent pouvoir prédire l’évolution des marchés financiers ces prochaines années s’annoncent ! Il leur sera versé, s’ils remportent le concours, un modeste défraiement de 150'000 francs.

Lire la suite

09:34 Publié dans Financement des retraites, Futur, Prévoyance | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | |

30/04/2012

Caisse de retraite des fonctionnaires: pourquoi une recapitalisation à 80%

Un cadre retraité de l'Etat de Genève se demande, avec beaucoup d'autres sans doute, pour quelle raison la Confédération a fixé à 80%, et non 40 ou 50%, le degré de couverture minimal des institutions publiques de prévoyance.

On commencera par rappeler que loi a fixé pour principe la couverture intégrale des engagements des caisses de pensions, autrement dit celui d'une capitalisation totale, assortie d'une réserve suffisante pour couvrir les fluctuations de valeur (lesquelles sont nombreuses ces temps-ci...), soit au final quelque chose comme 115 à 120%. Une exception avait d'emblée été prévue pour les caisses publiques, au motif qu'une couverture partielle pouvait se justifier dès l'instant où l'Etat, supposé éternel, leur apportait sa garantie.

Lire la suite

17:04 Publié dans Prévoyance | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Facebook | | |