15/12/2015

L'Etat peut dépenser sans augmenter ses charges courantes

Maintenant que la politique monétaire devenue hémiplégique (elle ne peut bouger les taux d’intérêt que dans le sens de la hausse) a perdu une bonne part de son efficacité, on est invité à tourner le regard vers le second volet de la politique conjoncturelle, savoir le maniement de la dépense publique. Bien que chaudement recommandé par les partisans d’une action volontariste de l’Etat, qui y voient l’unique moyen de suppléer la défaillance de la dépense privée, le recours au deficit spending est vigoureusement rejeté par les tenants de l’équilibre budgétaire, avec l’argument assez convaincant que la dette publique n’a – presque – jamais été aussi élevée.

Lire la suite

07:22 Publié dans Banques centrales, Croissance, Démocratie, Dette, Inflation/déflation, suisse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

08/12/2015

Une enseignante dit basculer dans la pauvreté... Qu'en est-il?

«J’ai honte de basculer dans la pauvreté», confiait récemment une enseignante genevoise dans les colonnes de ce journal. L’aveu, sans aucun doute sincère, de cette préretraitée du DIP a dû ébranler plus d’un lecteur. Et l’amener à s’interroger sur ce qui a pu engendrer pareil sentiment chez une personne – qu’on se gardera bien de juger, faute de connaître sa situation familiale et pécuniaire – qui s’apprête à vivre avec une rente AVS qu’on suppose pleine, et un 2e pilier d’environ 2500 francs selon ses dires. Soit, au total et en chiffres ronds, 4850 francs mensuels, qui correspondent à 65% du salaire médian genevois et à un peu moins, mais tout de même, de 56% du salaire médian calculé pour le secteur public, évalué à 8'666 francs en 2012.

Lire la suite

24/11/2015

La richesse des Suisses

Côté finances, si l’on en croit les statistiques compilées par la Banque nationale suisse, les ménages helvétiques s’en sortent plutôt bien puisque, à fin 2014, leur patrimoine net – leurs comptes, placements, immeubles, moins leurs dettes – s’élevait à quelque 405'000 francs par habitant. C’est plus que partout ailleurs dans le monde, et cela ne cesse d’augmenter : +40% depuis l’an 2000.

Lire la suite

07:19 Publié dans Croissance, suisse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

17/11/2015

Franc fort, à force de couper dans le gras…

Retombe-t-on en récession ou, comme le suggère The Economist, entame-t-on un troisième épisode de l’histoire de la dette, celui, après la crise des subprime puis celle de la zone euro, d’un effondrement des marchés émergents ? Vue d’ici, cette succession de déconvenues financières a longtemps semblé pour l’essentiel nous épargner.

Mais voici que la Suisse entière, et Genève en particulier, affrontent des vents décidément contraires : perspectives budgétaires alarmantes, licenciements collectifs, exportations en recul, délocalisations rampantes, tous symptômes annonciateurs de lendemains qui ne chantent guère et replacent ce pays à l’intérieur du cadre qui est le sien qu’il le veuille ou non, savoir celui d’une Europe désorientée, ou plutôt, d’une économie mondialisée aux prises avec d’inextricables difficultés à retrouver son aplomb.

Lire la suite

07:14 Publié dans Banques centrales, Concurrence, Croissance, Dette, Europe, Finances, Industrie, Monnaie | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | |

03/11/2015

Un 2e pilier sans avenir?

vieux marionnettes.jpgAux taux actuels, plus bas que jamais, les régimes de prévoyance fondés sur l’accumulation de capitaux n’ont pas d’avenir. Ce n’est pas moi qui le dis, mais le professeur bâlois Heinz Zimmermann, lors d’un forum qui s’est tenu à St-Gall.

L’économiste – dont ce n’est pas le premier avertissement – a mis le doigt sur les incohérences du système de retraites par capitalisation tel que la Suisse l’a façonné et ancré jusque dans sa Constitution, où l’on peut lire à l’article 113 que la prévoyance professionnelle, conjuguée à l’AVS, doit permettre à l’assuré de «maintenir de manière appropriée son niveau de vie antérieur». Concrètement, ce niveau approprié a été arrêté à 60% environ du dernier salaire.

Lire la suite

09:19 Publié dans Banques, Capital, Croissance, Dette, Financement des retraites | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | |

27/10/2015

Grandes banques géants fragiles ?

L’une des règles d’or en matière de concurrence est que les conditions doivent être les mêmes pour tous. Or si l’idée est simple, sa mise en œuvre s’avère en pratique assez compliquée, en particulier dans le secteur financier, et surtout lorsqu’elle s’applique aux banques dites «too big to fail», trop grosses pour qu’on les laisse partir en faillite, tant les dégâts que cela occasionnerait à l’ensemble de l’économie seraient immenses.

Lire la suite

06:26 Publié dans Banques, Finances, Finances publiques, Genève | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | |

20/10/2015

Le Röstigraben des économistes

les 20 économistes les plus influents CH.jpgLa disparition récente d’Andreas Höfert, un économiste en chef d’UBS très apprécié en Suisse romande par tous ceux qu’intéresse l’évolution monétaire et conjoncturelle, a passé relativement inaperçue en Suisse alémanique, tandis que la plupart des médias romands consacraient de longs hommages à ce Genevois de naissance. Cette différence frappante d’attention de part et d’autre de la Sarine m’a rappelé un «palmarès des économistes ayant le plus d’influence en Suisse» («Welche Ökonomen in der Schweiz den Ton angeben») paru dans la NZZ le 5 septembre.

Lire la suite

22:20 Publié dans Air du temps, Banques suisses, gouvernance | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

13/10/2015

La difficile cause du libre échange

Quel paradoxe ! C’est à Berlin, capitale du pays qui profite le plus de l’ouverture des marchés, que s’est déroulée samedi une manifestation monstre (une bonne centaine de milliers de participants) contre le projet de «Partenariat transatlantique de commerce et d’investissement» – TTIP en anglais – négocié entre les Etats-Unis et l’Union européenne.

Les opposants, qui s’en étonnerait, se recrutent essentiellement parmi les ONG, syndicats et gauches plus ou moins radicales, méfiantes par principe à l’endroit de ce genre d’accords considérés comme fossoyeurs de la démocratie pour les uns, destructeurs d’emplois pour les autres, ou plus prosaïquement synonymes de baisse programmée du niveau de qualité – un Cassis de Dijon transatlantique en quelque sorte.

Lire la suite

07:28 Publié dans Concurrence, Démocratie, Etats-Unis, Europe | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | | |

06/10/2015

Franc fort: aux grands maux les grands remèdes

franc 1.jpgLa Suisse paie cher la défense contre vents et marées de sa souveraineté monétaire. Naguère justifiée par une stabilité des prix et des taux d’intérêt plus bas qu’ailleurs, l’indépendance de sa banque centrale est remise en question depuis que l’inflation a disparu et que les taux sont partout proches de zéro : non seulement le franc reste fort alors que les différentiels qui pouvaient le justifier ont été emportés par la crise, mais encore l’économie d’exportation continue de souffrir malgré une conjoncture européenne – celle de son principal débouché – désormais en pleine convalescence.

Lire la suite

09:49 Publié dans Banques centrales, Croissance, Démocratie, suisse, Zone euro | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

29/09/2015

Cette très chère santé…

sante image stetoscope keystone.jpgQue dans les pays riches les dépenses de santé progressent plus vite que le produit intérieur brut, c’est un fait connu et expliqué depuis des âges. Plus le niveau de vie s’élève, plus la part du revenu consacré aux «biens supérieurs» augmente, selon la loi d’Engel que les étudiants de première année en économie se mettent dans la tête. Rien d’étonnant, donc, à ce que le pays le plus riche du monde après les Etats-Unis soit celui qui dépense le plus pour la santé. 

L’aspiration de ses habitants n’est pas pour autant à profiter d’une vie plus longue: l’espérance de vie à la naissance n’est pas meilleure ici qu’ailleurs. Elle y serait même plus basse qu’en Espagne, égale à celle de l’Italie, et à peine supérieure à celle de la France, si l’on en croit l’OCDE. Ce qui singularise la Suisse, c’est qu’on y apprécie plus que tout la qualité et le confort, quitte à payer plus cher, comme pour la voiture, le logement, les loisirs, l’alimentation…

Lire la suite

09:58 Publié dans Assurance maladie, Santé, suisse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

22/09/2015

Immobilier : toujours la ligne rouge

Ce n’est plus seulement la Banque nationale suisse, mais aussi, cette fois-ci, la Banque des règlements internationaux qui met en exergue l’évolution de l’immobilier en Suisse. Selon ses calculs, les prix de l’immobilier résidentiel enregistrent chez nous depuis des années une hausse dépassant de beaucoup celle que connaissent les quelques rares pays où ils continuent d’augmenter, pour l’essentiel l’Allemagne, la Suède ou encore le Canada.

La mesure dans laquelle ces prix s’écartent de leur tendance à long terme y atteindrait presque 12 points de pourcentage, ce qui placerait la Suisse dans la zone de danger, puisque ce «property price gap» est considéré comme un signal d’alerte avancé, annonciateur d’une crise bancaire susceptible d’intervenir dans les trois ans. Bigre !

Lire la suite

10:00 Publié dans Banques centrales, Dette, Immobilier, Prix | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

15/09/2015

Syriza, Podemos, Labour: radicalisation à gauche

Corbyn.jpgSyriza, Podemos, Front de gauche, Labour version Jeremy Corbyn… La gauche radicale européenne exprime son refus de l’austérité telle que préconisée par les instances supranationales et appliquée de plus ou moins bonne grâce par les gouvernements en place. Cette rébellion de la rue, dorénavant exprimée dans les urnes, accuse un temps de retard sur la réalité, puisque l’austérité s’est partout adoucie, partie pour la raison que les dirigeants ont relâché leur étreinte ou tout bonnement leur vigilance, partie pour cause de croissance retrouvée, qui allège les dépenses sociales et fait rentrer l’impôt.

Lire la suite

10:02 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

08/09/2015

La grande inconnue des taux d’intérêt

pour cent.jpgLe plus grand danger qui menace la stabilité financière, ce n’est pas, quoi qu’en pensent les gérants d’actifs, l’effondrement de la bourse de Shanghai ou celui de l’économie chinoise dans son ensemble, c’est beaucoup plus simplement le fait que ces mêmes gérants n’ont pour la plupart rien connu d’autre que des taux d’intérêt quasi nuls et une liquidité plus qu’abondante.

Dans leur grande majorité en effet, ils ne sont arrivés aux affaires qu’il y a six ou sept ans, lorsque les banques centrales, soucieuses de prévenir le déclenchement d’une véritable dépression à la suite de la crise de 2008, ont ouvert massivement le robinet de la création monétaire et se sont mises à racheter à tour de bras des obligations d’Etat puis des obligations tout court.

Lire la suite

10:05 Publié dans Capital, Dette, Prix, Taux d'intérêt | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

01/09/2015

La croissance ? Moins il y en a, plus on en parle !

ballons.jpgMon Dieu, quelle agitation pour 0.2% de croissance ! Depuis que le Seco (Secrétariat d’Etat à l’économie) a annoncé que le produit intérieur brut (PIB) réel de la Suisse avait progressé dans cette mesure-là au cours du deuxième trimestre – alors que tout le monde s’attendait à ce qu’il ait plutôt fléchi –, les réactions et commentaires ne cessent d’abreuver la planète médiatique locale. Comme si une vibration aussi infinitésimale de la valeur supposée du PIB d’un trimestre à l’autre avait la moindre signification. 

Lire la suite

10:09 Publié dans Croissance, suisse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

18/08/2015

L’emploi, denrée périssable

RTR3SF1hd.jpgLes misérables taux de croissance que les économies avancées enregistrent depuis la fin des années 70 contreviennent à la théorie qui voudrait que le progrès technique s’accompagne de gains de productivité suffisants pour entraîner une augmentation de la dépense, supposée générer à son tour suffisamment de nouveaux emplois pour compenser ceux que l’automatisation des tâches fait disparaître.

D’où la question : le progrès technique serait-il devenu avare en gains de productivité ? 

Lire la suite

10:12 Publié dans Croissance, Emploi, Industrie | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

11/08/2015

Quand l’eau devient potable... elle peut coûter bonbon

Depuis le 1er janvier, les Services industriels de Genève appliquent une nouvelle tarification de l’eau – désormais qualifiée de potable sur la facture adressée mensuellement aux propriétaires et aux régies – qui n’implique, assurent les SIG, aucune augmentation, à ceci près que le prix payé individuellement «peut varier à la hausse ou à la baisse en fonction du profil de consommation».

Le diable se cachant toujours dans les détails, on va explorer ce que recouvre la notion de «tranche de référence» servant à déterminer, pour chaque profil de consommation, un forfait annuel en deçà duquel des économies sur facture sont possibles, mais au-delà duquel le prix du m3 bondit considérablement, passant de 0.75 à 2.32 franc.

Lire la suite

06:02 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | |

04/08/2015

Séquelles (parmi d’autres) du franc fort

La somme paraît vertigineuse : 50 milliards de perte, en un seul semestre, pour la Banque nationale suisse, ce qui divise ses fonds propres par deux et les ramène à moins de 6% de son bilan. On pourrait s’en effrayer sauf que, rapporté au total de ses placements en devises, le montant ainsi effacé à mi-2015 n’en représente même pas la dixième partie. C’est à peine la marge de fluctuation généralement préconisée et respectée par les comptables des institutions de prévoyance. Pas de quoi, donc, fouetter un chat. D’autant que les résultats négatifs d’une banque centrale n’ont absolument aucune incidence, techniquement parlant, sur son activité : elle ne peut faire faillite puisque, même lorsque ses fonds propres tombent sous zéro, elle finance sa dette par la monnaie qu’elle crée elle-même.

Lire la suite

07:06 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

28/07/2015

A quoi ressemblera la banque de demain

Singapour, à la fin du mois de juin. Ravi Menon, directeur général de la Monetary Authority of Singapore (MAS), expose devant un parterre de banquiers et de juristes sa vision de la place financière du futur, promise à devenir le smart financial center en quoi Singapour ambitionne de se transformer.
Dans le jargon fintech, le qualificatif «smart» déborde du seul smartphone dont nous sommes tous équipés. L’intelligence distribuée ne passe pas seulement par ces portables à tout faire, quoique l’étendue de leurs applications permette d’ores et déjà d’exécuter un nombre de tâches qui défie l’imagination.

Lire la suite

06:47 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

21/07/2015

Comparaison n’est pas raison

Dans un entretien accordé il y a une quinzaine de jours à l’hebdomadaire Die Zeit, le très médiatisé économiste français Thomas Piketty a jugé opportun de faire la leçon à l’Allemagne, «l’exemple même d’un pays qui n’a jamais remboursé ses dettes». Et d’estimer que l’Allemagne, sortie comme d’autres belligérants couverte de dette des deux conflits mondiaux, n’a dû son miraculeux redressement économique d’après guerre qu’à l’annulation d’une bonne partie de sa dette par les alliés occidentaux lors de la conférence de Londres de 1953. Il serait donc bon et plus intelligent, conclut l’économiste, d’effacer la dette de la Grèce plutôt que d’asphyxier le pays à force de mesures de contrainte qui ont déjà fait reculer son PIB d’un quart et propulsé son taux de chômage au niveau record de 26%.

Lire la suite

17:01 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

Souvenirs de Collombey

collombey raffinerie.jpgIl y a tout juste 50 ans, la raffinerie qui n’était pas encore celle de Tamoil – ouverte deux ans plus tôt dans l’euphorie des années soixante, elle répondait alors au fier nom de «Raffineries du Rhône» – connaissait ses premières difficultés. L’Europe occidentale croulait momentanément sous les excédents de produits pétroliers, et le modèle séduisant en ce temps-là de l’indépendance énergétique fondé sur l’autonomie en matière de raffinage du brut se trouvait brusquement remis en cause.

Lire la suite

10:17 Publié dans gouvernance, Industrie, Multinationales, suisse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |