12/04/2017

Malheureux Hollande, après la pluie le beau temps

La reprise qui s’affirme un peu partout arrive trop tard pour François Hollande, qui l’avait annoncée trop tôt. Mais elle est bien là, qui devrait déloger les populistes de partout où ils se sont installés au pouvoir (Pologne, Hongrie) ou les empêcher de le prendre là où ils sont à deux doigts d’y parvenir (en Italie l’an prochain, demain peut-être en France).

Lire la suite

08:51 Publié dans Air du temps, Croissance, Europe, Union européenne | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | |

05/04/2017

Euro: qui veut noyer son chien…

Il y a deux sortes d’adversaires à la monnaie unique européenne. Ceux qui, jugeant son lancement prématuré, lisent dans les difficultés actuelles de l’union monétaire la vérification de leur diagnostic. Et ceux qui, accusant l’euro de tous les maux, masquent leur europhobie viscérale derrière un argumentaire plus ou moins scientifique, comme les candidat(e)s d’extrême gauche et d’extrême droite à la présidentielle française, qui puisent leur inspiration auprès d’analystes traditionnellement eurosceptiques, tel l’économiste Jacques Sapir, récemment interrogé sur les ondes de la RTS.

Lire la suite

29/03/2017

Taxer les robots ? Non, quoique...

Robert Shiller, qui n’est pas n’importe qui (prix Nobel d’économie en 2013, coauteur du célèbre indice Case-Shiller du marché immobilier résidentiel américain, auteur du best-seller «Exubérance irrationnelle»...), propose dans une récente tribune de considérer moins sceptiquement que ne le font d’ordinaire les économistes l’idée de taxer les robots.

Lire la suite

07:35 Publié dans Capital, Démocratie, Emploi, Finances publiques, Fiscalité | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | |

22/03/2017

America first ou America last?

La vision économique du président Trump a peut-être enflammé la Bourse, prompte à se persuader qu’un vaste programme d’investissements dans les infrastructures, assorti de la construction d’un mur de 9 mètres de haut le long de la frontière avec le Mexique, sera de nature à fouetter l’activité domestique.

Le fait est plutôt que ce genre d’exercice de suralimentation budgétaire accélérera la lente décomposition de la capacité de concurrence de l’économie américaine. Et comme si cela n’y suffisait pas, le recours annoncé à toute une batterie de mesures protectionnistes ne pourra, au contraire des promesses faites, que transformer en recul la stagnation du niveau de vie d’une majorité de ménages américains.

Lire la suite

07:21 Publié dans Croissance, Démocratie, Etats-Unis, Futur, gouvernance | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | |

15/03/2017

L’inflation au secours des retraites

Il y a quelque chose de byzantin dans la façon dont le Conseil national et le Conseil des Etats, par commissions interposées, se renvoient la balle à propos du projet de réforme de la prévoyance vieillesse présenté par le Conseil fédéral. Les ajustements, proposés pour être aussitôt écartés, ne sont certes pas des broutilles, puisque tantôt ils ajoutent et tantôt ils soustraient des montants par milliards à l’addition finale. Mais l’horizon visé est bas : à quinze ans de distance – une paille à l’échelle démographique – tout sera à reprendre, car les mesures sur lesquelles on s’écharpe ne sont que des mesurettes.

Traitées ensemble ou séparément, AVS et prévoyance professionnelle obligatoire se heurtent en effet à la même évidence, qu’on voyait pourtant venir il y a fort longtemps déjà : la transition démographique désarticule, en Suisse comme ailleurs, les savantes constructions bâties sur les certitudes de l’époque.

Lire la suite

07:28 Publié dans Capital, Démocratie, Financement des retraites, Prévoyance, suisse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

08/03/2017

La blockchain, cette autre révolution qui se prépare

Alors qu’on s’agite beaucoup autour de la question des robots et de leurs effets possibles sur l’emploi, une autre révolution, tout aussi importante quoique plus silencieuse, est en marche.
 
C’est celle de l’utilisation potentiellement universelle de la technologie dite «blockchain». Celle-ci permet d’identifier, exécuter et protocoler en temps réel les échanges de données (contrats, transferts de propriété, certifications, etc.) sur une base à la fois sécurisée et émancipée de tout agent intermédiaire (banque, notaire, registre officiel) par le recours à un réseau de nœuds dit «peer to peer», enchaînant et validant, paquet par paquet, l’ensemble des transactions au fur et à mesure de leur survenance.

Lire la suite

07:33 Publié dans Banques, Banques centrales, Démocratie, Emploi, Technologie | Lien permanent | Commentaires (11) | |  Facebook | | |

01/03/2017

Taxer les robots ? Quelle drôle d’idée !

Entre Benoît Hamon et Bill Gates, il n’y a pas grand chose de commun, sauf que tous deux avancent l’idée qu’on en viendra à taxer les robots. Le milliardaire californien comme le candidat socialiste à la présidentielle française tirent en effet de la disparition programmée de la plupart des emplois la même conclusion : puisque le travail, principale source de revenu pour le commun des mortels, se raréfie, il faudra bien trouver un moyen autre que les salaires, et les prélèvements de toutes sortes qui les ponctionnent, pour assurer la protection sociale et la vie tout court. Le revenu universel, financé par une taxe sur les mécanismes dotés d’intelligence artificielle, pourrait être ce moyen.

Lire la suite

06:27 Publié dans Démocratie, Dette, Finances publiques, gouvernance | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | | |

22/02/2017

Santé: aurait-on enfin trouvé l’œuf de Colomb ?

Pour qu’un système de santé dérape, il faut et il suffit:

1° que les prix, en l’occurrence les tarifs médicaux, soient garantis aux prestataires de soins (ce qui est vrai du Tarmed pour la médecine ambulatoire, et des forfaits par cas pour ce qui concerne les soins stationnaires) ;

2° que les soins «produits» à ces prix garantis soient intégralement pris en charge, autrement dit ne soient limités par aucune restriction, ni du côté de l’offre, ni du côté de la demande. Ce qui est bien le cas, puisque les «consommateurs» (les patients) sont assurés, aux sens propre et figuré, d’être – presque – intégralement remboursés, et que les «producteurs» (les prescripteurs : médecins, hôpitaux) répondent à toutes les demandes quand ils ne les suscitent pas eux-mêmes. Dans une telle situation qui fait irrésistiblement penser aux politiques agricoles d’il y a quelques années, il se produit immanquablement une surproduction, ou si l’on préfère, une explosion des coûts de la santé.

Lire la suite

09:01 Publié dans Assurance maladie, Finances publiques | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | | |

15/02/2017

Un franc suisse sous haute surveillance de l'Oncle Sam

La Lex americana, cette manière qu’ont les Etats-Unis d’imposer au reste du monde ce qui leur paraît juste et nécessaire, ne s’applique pas seulement au domaine fiscal. Depuis 1988, date de l’entrée en vigueur d’un dispositif destiné à lutter contre les pratiques commerciales et les politiques de change de certains pays et qui sont – comment, n’est-ce pas, l’expliquer autrement – à l’origine du déficit extérieur persistant des Etats-Unis, le Trésor américain surveille ces pratiques et politiques et fait, deux fois l’an, rapport au Congrès sur le sujet.

Lire la suite

08:33 Publié dans Concurrence, Croissance, Etats-Unis, Monnaie, suisse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

08/02/2017

La dette, pas si bonne pour la croissance

Des économistes de la Banque des règlements internationaux (BRI) viennent de découvrir quelque chose de peu rassurant[1] : une augmentation de l’endettement des ménages plus rapide que celle du produit intérieur brut (PIB) tendrait à la longue à freiner la croissance, même si dans l’immédiat, à la manière d’une drogue si l’on peut dire, cette augmentation serait légèrement stimulante.

Selon les calculs des chercheurs, un ratio dette privée/PIB supérieur à 80% accentuerait cet effet de freinage, chaque point de pourcentage d’augmentation dudit ratio entraînant à terme une baisse de 0,1% de la croissance. Cela peut paraître négligeable, mais ne l’est pas tout à fait dans le cas de la Suisse, dont le taux d’endettement des ménages, essentiellement hypothécaire, bat tous les records, puisqu’il frise actuellement les 120% du PIB (contre une moyenne de 80% pour les pays les plus avancés), alors qu’il n’était «que» de 100% il y a 10 ans. Peu de pays ont enregistré une progression aussi rapide de la dette privée. Il n’y a guère que la Suède à avoir fait encore mieux.

Lire la suite

07:07 Publié dans Banques centrales, Banques suisses, Croissance, Dette, suisse | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | |

01/02/2017

Molle ou dure, la science économique divise

Une polémique bien étrange, mais typiquement hexagonale, oppose professeurs de sciences économiques et sociales (SES) et milieux économiques français, critiques de la façon dont l’économie est enseignée dans les lycées. Programmes et manuels proposeraient une approche trop à gauche, keynésienne voire marxiste, du fonctionnement de l’économie, mettant l’accent sur les déséquilibres (le chômage, les inégalités, etc.) au lieu de valoriser la fonction entrepreneuriale et d’insister sur les mécanismes de base du marché.

Lire la suite

07:12 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

25/01/2017

La BNS, une "cash machine"

Un lecteur remarque que s’il est intéressant de se pencher sur l’alourdissement du bilan de la Banque nationale suisse (cf. ma dernière chronique), il serait encore plus utile d’en tirer les conclusions. Un gonflement aussi phénoménal des réserves de change est-il dangereux ? Que risque-t-il de se passer si le mouvement continue?

Lire la suite

09:15 Publié dans Banques centrales, Capital, Monnaie, suisse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

18/01/2017

Trop lourd, le bilan de la BNS ?

Alourdi pour cause de défense du franc, le bilan de la Banque nationale suisse est devenu aux yeux de certains trop volumineux pour permettre la conduite de la politique monétaire. Le moindre écart de cours suffirait en effet à engloutir les fonds propres de la BNS et ruiner pense-t-on sa crédibilité. De fait, les quelque 735 milliards du total de son bilan (dont 680 milliards pour les seules réserves de devises) équivalent à plus de 110% du produit intérieur brut de la Suisse, et dépassent largement les proportions correspondantes observées pour d’autres pays ou espaces économiques : 27% pour la zone euro, 24% pour les Etats-Unis, 19% pour le Royaume-Uni, mais il est vrai 87% pour le Japon.

Lire la suite

09:26 Publié dans Banques centrales, suisse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

11/01/2017

Discutable, le fédéralisme conjoncturel !

A en croire le BAK bâlois, peut-être aussi le Créa lausannois et pourquoi pas le KOF zurichois, la reprise conjoncturelle s’affirmerait partout en Suisse sauf à Genève. La différence serait même suffisamment significative pour que la radio romande en ait fait l’autre jour ses titres et organisé un débat sur le sujet entre deux ténors locaux.


Une croissance d’un petit 1% ici, d’un peu moins de 2% là-bas, justifie-t-elle qu’on en fasse tout un plat, qu’on en tire la grave conclusion qu’ici ça va mal alors qu’à 60 km tout va pour le mieux ? Ce fédéralisme de la prévision conjoncturelle, et cette manière de calculer à la décimale près la probabilité de croissance, laissent songeur.

Lire la suite

07:19 Publié dans Concurrence, Démocratie, suisse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

05/01/2017

L’idée du professeur Tschopp reste actuelle

Il y a un quart de siècle ou presque, le 30 novembre 1992 très exactement, le conseiller national Peter Tschopp déposait une initiative parlementaire proposant l’adjonction aux institutions d’assurances prévues par la Constitution (LAMA, AVS, LPP) d’une «institution fédérale de prise en charge des frais sanitaires et d’encadrement liés au grand âge».

Lire la suite

07:07 Publié dans Financement des retraites, Finances publiques, Prévoyance, Santé | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

29/12/2016

Les effets délétères du populisme

Portés par des majorités certes faibles (mais quelles majorités en démocratie ne le sont pas !), des courants idéologiques convaincus de défendre les intérêts du «vrai peuple» profitent de leurs succès électoraux pour mettre en œuvre des programmes aux effets économiques délétères. Qu’ils soient de gauche ou plus souvent de droite, ces mouvements fondamentalement nationalistes et conservateurs ont pour eux l’adhésion des catégories sociales victimes des inégalités grandissantes qui accompagnent la mondialisation. Ils ont beau jeu, aussi, de souligner l’échec des politiques menées par les équipes sortantes, quand celles-ci n’ont pas, en plus, cédé à diverses compromissions et fait montre de beaucoup d’arrogance à l’endroit des exclus du pouvoir. Il leur est d’autant plus facile, dans ces conditions, de satisfaire séance tenante aux promesses de campagne, même si, à la longue,  de telles promesses ne peuvent que léser ceux à qui elles sont pourtant censées profiter.

Lire la suite

09:16 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | |

21/12/2016

Suisse, une bourse qui en dit long

A moins d’un improbable sursaut de dernière heure, la bourse suisse finira l’année 2016 en queue des principales places boursières occidentales, Italie exceptée. Au 16 décembre, l’indice SMI affichait encore un recul de 6,5% depuis le 1er janvier, quand les hausses allaient de 1,8% à Londres à 6,9% à Paris et 10,9% à Francfort.

Comment expliquer ce médiocre classement, alors que l’économie suisse dans son ensemble se porte plutôt bien, que le franc attire du monde, et qu’en raison des intérêts négatifs les investisseurs institutionnels en quête de rendement se tournent vers les actions de préférence aux placements obligataires ?

Lire la suite

07:27 Publié dans Finances, suisse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

14/12/2016

Croissance: légère brise dans les voiles et lois de la pesanteur

Ce n’est pas encore une franche reprise, mais cela commence à y ressembler. L’économie mondiale, zone euro comprise, semble bel et bien avoir amorcé un retour à la croissance. Le signe le plus immédiat de cette embellie est la hausse des rendements obligataires, conséquence de la liquidation à grande échelle des placements sans risque qui avaient servi de refuge à une épargne apeurée par la crise. La Banque des règlements internationaux à Bâle, qui est en quelque sorte la banque des banques centrales, s’en est fait l’écho dans son dernier bulletin trimestriel, en relevant le parallélisme presque parfait de la réaction des marchés durant les premiers jours qui ont suivi les élections de Ronald Reagan et Donald Trump à la présidence des Etats-Unis.

Lire la suite

07:42 Publié dans Banques centrales, Croissance, Etats-Unis, gouvernance, Inflation/déflation | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

07/12/2016

La deuxième vie du dollar

Nous sommes quelques-uns à avoir cru fermement et écrit, il y a de cela une vingtaine d'années, que le dieu Dollar était déchu et qu'il ne pouvait désormais que chuter au point de perdre son rôle de monnaie dominante. Nous pensions alors dur comme fer que l'importance des "balances dollar" – comme depuis Jacques Rueff et même bien avant (en 1949 déjà, dans des études de la Réserve fédérale) on appelait les montants prodigieux de dollars détenus par les pays créanciers des États-Unis –, nous pensions donc que cette masse énorme de dollars résultant des déficits extérieurs accumulés par la première puissance économique du monde finirait inévitablement par détruire le peu de confiance encore placée dans une monnaie longtemps considérée comme "aussi bonne que l'or".

Lire la suite

07:38 Publié dans Banques centrales, Dette, Dollar, Etats-Unis | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

30/11/2016

Attention aux risques hypothécaires !

Le temps passant, le niveau extrêmement bas des taux d’intérêt, notamment hypothécaires, engendré par les intérêts négatifs que la BNS perçoit sur les comptes de virement que les banques entretiennent auprès d’elle a fait naître des comportements qui ne sont pas sans risque. Les banques principalement actives sur le marché intérieur, qui vivent pour l’essentiel de la marge entre intérêts actifs et passifs et qui ont vu leur rentabilité décliner continuellement depuis la crise financière de 2008, sont tentées de compenser la réduction tendancielle de cette marge par une augmentation plus que proportionnelle de leurs crédits sur le seul marché offrant encore une chance de gain, savoir le marché hypothécaire.

Lire la suite

07:04 Publié dans Banques, Banques centrales, Dette, Finances, Immobilier, suisse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |