29/03/2017

Taxer les robots ? Non, quoique...

Robert Shiller, qui n’est pas n’importe qui (prix Nobel d’économie en 2013, coauteur du célèbre indice Case-Shiller du marché immobilier résidentiel américain, auteur du best-seller «Exubérance irrationnelle»...), propose dans une récente tribune de considérer moins sceptiquement que ne le font d’ordinaire les économistes l’idée de taxer les robots.

Lire la suite

07:35 Publié dans Capital, Démocratie, Emploi, Finances publiques, Fiscalité | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | |

01/04/2014

Le gendarme dégaine, les banques tremblent

Ce fut, l’autre jour, comme un coup de tonnerre dans le ciel redevenu presque bleu de la finance américaine. La Réserve fédérale, chargée de veiller à la capacité du secteur à résister à un choc de grande ampleur, a recalé plusieurs grandes banques à l’issue de la troisième vague de «stress tests» organisées en application du «Dodd–Frank Wall Street Reform and Consumer Protection Act». Cette loi par ailleurs contestée, censée éviter la répétition de la chaîne d’événements nés de la crise des subprime (2008), vise au premier chef les groupes bancaires «too big to fail» dont le sauvetage avait coûté des centaines de milliards de dollars au contribuable.

Lire la suite

07:07 Publié dans Banques, Etats-Unis, Fiscalité, gouvernance | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | |

17/12/2013

Combien de banques suisses vont disparaître ces prochaines années

Combien de banques suisses vont disparaître ces prochaines années – moins par suite de la lourdeur des amendes que le Department of Justice risque d’imposer à celles qui auraient eu la mauvaise idée de recueillir les fortunes de contribuables en délicatesse avec le fisc américain, que par suite du rétrécissement dramatique de leurs marges bénéficiaires consécutif à la disparition du secret bancaire, à quoi se ramenait pour beaucoup d’entre elles l’essentiel de leur modèle d’affaires ?

 

Pas toutes certes, mais une part sans doute non négligeable du secteur financier dont elles forment, et de loin, la majeure partie. 

Lire la suite

07:43 Publié dans Banques, Banques suisses, Etats-Unis, Finances publiques, Fiscalité | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | |

23/07/2013

Pour une fiscalité à armes égales

La Suisse, qui a – assez – tôt milité en faveur du multilatéralisme (du GATT, dès 1958, à l’OMC) avant de se fourvoyer récemment dans des accords bilatéraux (le gros l’emporte toujours sur le petit), devrait se satisfaire de la tournure que prennent les événements en matière de fiscalité. 

On s’achemine en effet, les nécessités budgétaires faisant partout loi, vers une harmonisation des conditions d’imposition dans tous les pays qui comptent et bientôt également dans les autres, jusqu’aux paradis fiscaux ou réputés tels. 

La conseillère fédérale en charge de la question, Eveline Widmer-Schlumpf, qui a d’abord été vivement critiquée pour sa manière de «tout céder sans négocier» à condition que les mêmes règles s’appliquent à tous, a eu raison de tenir bon. 

Lire la suite

07:14 Publié dans Concurrence, Fiscalité, Union européenne | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

16/04/2013

Suisse: après Charybde, bienvenue à Scylla

A peine dépouillée de son secret bancaire, voici que la Suisse risque de se trouver prochainement délestée d’un autre de ses avantages comparatifs, celui du traitement fiscal favorable qu’elle réservait jusqu’ici, sous diverses formes, aux entreprises étrangères. Ce qui menace de tomber, ce n’est pas seulement le statut d’exception que certains cantons accordent aux sociétés mixtes et autres sociétés de domicile, et dont l’abolition pourrait s’accompagner de ces moins-values par centaines de millions qui font trembler Genève.

C’est aussi, et tout bonnement, l’étiolement prévisible, à plus ou moins brève échéance, de l’intégralité de la manne fiscale représentée par l’impôt sur le revenu des entreprises multinationales.

Deux mécanismes sont ici à l’œuvre. Le premier, bien connu, est celui de la concurrence fiscale internationale. En une trentaine d’années, et alors même que son taux d’imposition combiné – Confédération et cantons – a été réduit d’un bon tiers, la Suisse est tombée de la première à la douzième place au classement, par ordre croissant, de la charge fiscale pesant sur le revenu des entreprises.

Lire la suite

22/01/2013

Le milliard de la BNS: redistribuons-le!

La défense d’un taux plancher peut rapporter gros. Aux dernières nouvelles en effet, le doublement en deux ans du bilan de la Banque nationale suisse qui a résulté de ses interventions sur le marché des changes s’est accompagné d’un coquet bénéfice, supérieur à 6 milliards de francs, correspondant grosso modo, pour les trois quarts, au résultat du placement des devises acquises en masse à cette occasion. C’est moitié moins que les 13 milliards de l’année précédente, mais c’est assez pour continuer la distribution, à la Confédération et aux cantons, du milliard de francs fixé par la convention passée en novembre 2011 entre le Département fédéral des finances et la BNS. Le reste allant, comme prévu, regarnir la réserve pour distributions futures.

Est-il logique que cet argent, pas tout à fait tombé du ciel mais presque (car lié à des interventions qui n’ont pas vocation à durer éternellement et ont dépassé de très loin le cadre habituel de la politique monétaire), revienne aux pouvoirs publics ? De droit peut-être, puisque ladite convention en a décidé ainsi, mais économiquement la chose se discute.

Lire la suite

09:07 Publié dans Banques centrales, Fiscalité | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | | |

19/03/2012

L'absurde taxation d'un revenu fictif

A force de taper sur le clou, on finira bien par l'enfoncer. Le clou en question, c'est l'absurdité du système helvétique d'imposition de la valeur locative du logement habité par son propriétaire, que l'OCDE dans sa dernière étude sur la Suisse (décembre 2011) aussi bien que les membres du groupe de travail «Stabilité financière» (dans leur rapport de février 2012) mettent sérieusement en question. Non seulement le système est économiquement injuste et fiscalement improductif en ce qu'il favorise les ménages à revenus élevés et ne rapporte rien au fisc, mais encore il conduit à un endettement sans commune mesure avec le niveau effectif des revenus, et représente de ce fait un risque systémique.

Lire la suite

15:50 Publié dans Fiscalité | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | |