09/09/2014

Super Mario, les banques et les grévistes

Le président de la Banque centrale européenne (BCE), l’Italien Mario Draghi, vient de surprendre son monde en postulant comme jamais encore un recours quasi illimité à la planche à billets (savoir «à tous les instruments disponibles» – lire : au QE, alias le quantitative easing) pour assurer la stabilité des prix à moyen terme. L’idée étant, rappelons-le, que le pire des dangers serait l’installation de la zone euro dans une situation de déflation durable, à la japonaise.

Ces propos ont aussitôt attiré le scepticisme des uns (les taux directeurs étant déjà quasiment à zéro, quelle pourrait bien être la portée d’un tel QE ?) et la critique des autres (de pareilles largesses, y compris en matière budgétaire comme vient de le suggérer le patron de la BCE à l’adresse des chefs de gouvernement, ne feraient que les détourner de l’objectif prioritaire qui doit demeurer le redressement des finances publiques). En revanche ils ont eu, ces propos, pour effet de faire à nouveau plonger l’euro face au dollar.

Lire la suite

07:41 Publié dans Banques centrales, Croissance, Inflation/déflation | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

26/08/2014

Ça chauffe dans la tête des économistes !

Ça chauffe dans la tête des économistes ! Jamais la cervelle des économistes n’a autant chauffé. De Lindau sur la côte allemande du Bodan, où vient de se tenir la 5e rencontre des prix Nobel d’économie, à Jackson Hole, rendez-vous annuel des banquiers centraux à l’invitation de la Réserve fédérale américaine, on s’est demandé dans tous les sens comment agir au mieux pour sortir enfin nos économies de la Stagnation Séculaire (Paul Krugman) dans laquelle la crise des subprime les a semble-t-il définitivement plongées.

Lire la suite

07:29 Publié dans Banques centrales, Croissance, gouvernance | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook | | |

15/07/2014

Est-ce le calme avant la tempête

Drôle de tableau que celui de l’économie d’aujourd’hui. Sept ans après la crise qui a tout déclenché, la conjoncture se redresse mollement quand on espérait enfin un retour de la croissance. L’investissement ne redémarre pas et la consommation se tient coite. Les experts inventent d’ailleurs d’étranges concepts : ceux de l’OCDE parlent d’une «dynamique de croissance stable» à propos d’indicateurs qui frémissent de part et d’autre de l’horizontale ; la BRI, dans son dernier rapport annuel, décrit une économie mondiale «à la recherche d’une nouvelle boussole», depuis que la crise, après avoir «projeté une ombre longue sur le passé, […] jette une ombre longue sur l’avenir». C’est dire le désarroi de ceux dont on attendrait quelques lumières pour comprendre ce qui nous arrive.

De fait, nous marchons sur un terrain entièrement inconnu, tant les politiques menées pour éviter le pire sont sorties de l’orthodoxie, avec des effets totalement paradoxaux.

Lire la suite

07:58 Publié dans Air du temps, Banques, Banques centrales, gouvernance | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

29/04/2014

Monnaie: l'initiative "Vollgeld", une manière de se préparer au pire

Il se lance, comme on sait, beaucoup d’initiatives populaires à propos d’à peu près tout et n’importe quoi. Mais parfois, contrairement aux apparences, un texte à première vue farfelu mérite mieux que le dédain. Ainsi en va-t-il de l’initiative dite Vollgeld («monnaie pleine»), qui veut ni plus ni moins qu’interdire la création de monnaie par les banques, et la réserver à la seule Banque nationale suisse.

Les initiants estiment en effet que la disproportion écrasante entre monnaie centrale (en gros, les billets) et masse monétaire représentée par l’ensemble des dépôts bancaires est la principale source d’instabilité du système bancaire, et la cause directe des crises financières majeures qui en résultent périodiquement.

Lire la suite

09:57 Publié dans Banques, Banques centrales, Monnaie, suisse | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | |

25/03/2014

L’inflation se cache-t-elle là où on ne l’attend pas?

Coup sur coup, la Banque centrale européenne (BCE) et la Banque nationale suisse (BNS) ont révisé à la baisse leurs prévisions d’inflation pour les mois à venir. C’est que, le mois dernier, la hausse des prix à la consommation s’est finalement révélée inférieure à ce que l’une et l’autre avaient pronostiqué. Non seulement cette hausse est moindre que prévu, mais encore elle est inférieure à ce qui, pour diverses raisons, est tenu à Francfort comme à Zurich pour un niveau équivalant à la stabilité des prix telle en tout cas que la visent les deux banques centrales, soit une hausse annuelle de 2% au maximum. Or les prix en zone euro n’ont augmenté que de 0,7% en un an, et en Suisse, la hausse sur douze mois de l’indice des prix à la consommation à fin février est même légèrement négative (-0,1%).

Il y aurait donc, désormais encore davantage que précédemment, un risque de déflation qu’il ne faudrait pas ignorer, même si, de l’avis répété des patrons des deux instituts, Mario Draghi et Thomas Jordan, ce risque reste négligeable. Le mot même de déflation n’apparaît d’ailleurs pas dans le dernier communiqué de la BNS.

Lire la suite

07:45 Publié dans Banques centrales, Monnaie, Prix | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

25/02/2014

Bitcoin, le début de quelque chose

Supposons que le milliard d’utilisateurs fièrement annoncés par Facebook, ou que « seuls » les 400 millions d’utilisateurs réguliers du réseau acceptent dans un même élan de recourir au Bitcoin ou à quelque autre artefact électronique pour effectuer quotidiennement leurs paiements: cette «monnaie» deviendrait du jour au lendemain le moyen d’échange le plus universel, détrônant du même coup dollars, euros, livres et autres yens…

Pourquoi l’accepteraient-ils ? 

Lire la suite

10:01 Publié dans Banques centrales, Bitcoin, Prix | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

07/01/2014

Il y a quinze ans, l’euro

Le 1er janvier 1999, après des décennies de tentatives de rapprochement plus ou moins réussies entre monnaies nationales, naissait enfin l’euro. Scriptural d’abord, mis trois ans plus tard en circulation sous forme d’espèces sonnantes et trébuchantes dans une douzaine de pays, il est à ce jour la monnaie commune des dix-huit membres actuels de l’Union économique européenne (UEM), sous-ensemble de l’Union européenne fragilisé par la crise de la dette d’où, par raccourci de langage, l’expression abusive de «crise de l’euro».

Lire la suite

26/11/2013

«La critique est aisée, et l’art est difficile» (Le Glorieux, II, 5)

Que la Banque nationale n’ait pas eu à intervenir une seule fois cette année pour défendre le cours plancher du franc face à l’euro ne décourage visiblement pas ses détracteurs de pointer du doigt les risques qu’il y a selon eux à persévérer dans la voie choisie. Comme si le péché qui a consisté toujours selon eux à entrer dans une politique de change, d’abord véniel, devenait mortel au fur et à mesure que le temps s’écoulait.

En gros et pour résumer,...

Lire la suite

06:29 Publié dans Banques, Banques centrales, Monnaie | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | |

09/10/2013

Marché des devises: La main dans le sac

Lorsque, en juin dernier, la Financial Conduct Authority (l’équivalent britannique de notre Finma, désormais aussi à l’œuvre) annonça ouvrir une enquête sur de possibles manipulations de cours des devises, il était déjà de notoriété dans les milieux professionnels du courtage que de subites et importantes variations se produisaient régulièrement sur le marché des changes quelques dizaines de secondes avant le fixing londonien de 16h, quand s’établissent les cours auxquels les banques se réfèrent pour comptabiliser les ordres d’achat et de vente reçus des innombrables entités (entreprises, fonds de placement, administrations publiques, etc.) formant leur clientèle, cours auxquels se réfèrent également ces mêmes entités pour arrêter, comme les normes d’audit leur en font parfois l’obligation, la valeur de leurs positions nettes en monnaies étrangères.

Lire la suite

07:12 Publié dans Banques centrales, Monnaie, Prix | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

27/08/2013

La méthode Coué revisitée

Ce n’est pas tout à fait ça, mais cela y ressemble beaucoup. Testé d’abord aux Etats-Unis et importé depuis lors en Europe, le forward guidance, nouvel instrument des banques centrales, fonctionne un peu à la manière de la méthode Coué : il consiste à livrer à des marchés tout ouïe des indications précises sur l’orientation que prendra la politique monétaire dans un futur déterminé. L’autosuggestion consiste en ceci que l’évolution préannoncée amène les opérateurs à s’y conformer par anticipation, et par conséquent à rendre superflue toute démarche active de la part de l’autorité monétaire.

Lire la suite

09:57 Publié dans Banques, Banques centrales, Monnaie | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

25/06/2013

Des taux à 3% mettraient un nouveau propriétaire sur sept en difficulté

La brutale chute des cours boursiers intervenue la semaine dernière nous donne un avant-goût de la sauce à laquelle nous serons mangés lorsque les taux d’intérêt, ramenés à zéro ou presque par les banques centrales, retrouveront leurs niveaux normaux, soit, pour les taux hypothécaires appliqués aux débiteurs suisses, quelque part entre les 4 et 5% qui ont prévalu entre le milieu des années 60 et le début des années 2000 (avec même, on s’en souvient, une pointe à 7% au début des années 90).

Lire la suite

09:03 Publié dans Banques centrales, Dette, Immobilier | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | |

07/05/2013

Une bulle, même à croissance lente, finit toujours par éclater

A force de crier au loup, à force d’alerter l’opinion sur les risques de bulle spéculative dans le secteur immobilier, on finira par croire que ce genre de chose ne peut arriver dans notre beau et solide pays. L’UBS peut annoncer trimestre après trimestre que son «Swiss Real Estate Bubble Index» se rapproche dangereusement de la zone rouge, le vice-président du directoire de la Banque nationale suisse inviter son public à se préparer à de sérieuses turbulences («Fasten your seat belts !» lui recommanda-t-il l’autre jour en conclusion de son exposé au Centre international d’études monétaires et bancaires), le fait est que l’endettement hypothécaire, moteur premier de l’envol des prix résidentiels en Suisse, continue d’augmenter comme si de rien n’était.

Lire la suite

08:24 Publié dans Banques centrales, Croissance, Immobilier | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | |

19/02/2013

Bulle immobilière, un volant qui fait grincer des dents

L’activation partielle par le Conseil fédéral, sur demande de la Banque nationale suisse, du «volant de fonds propres anticyclique» ne fait pas que des heureux. La FINMA, chargée de l’exécution, aurait préféré attendre, et l’Association suisse des banquiers, qui avait vigoureusement désapprouvé le projet au moment de sa discussion en janvier 2012, vient de redire tout le mal qu’elle pense d’une mesure discrétionnaire à ses yeux «inappropriée» voire conceptuellement «problématique». L’une et l’autre escomptaient que le dispositif d’autorégulation mis en place par la corporation bancaire en juin de la même année déploierait suffisamment d’effets pour que la Confédération renonce à passer à l’acte.

Lire la suite

07:48 Publié dans Banques, Banques centrales, Immobilier | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

29/01/2013

Déflation en Suisse: faut-il en rire ou en pleurer?

Statistiquement parlant, il y a de la déflation en Suisse depuis mai 2011. C’est en effet à partir de ce mois-là que l’indice des prix à la consommation (base 100 en décembre 2010) s’est mis à reculer, passant de 100.8 à 98.9 à fin décembre 2012. La baisse est modeste (–1.9%), mais régulière, ce qui correspond assez exactement à la définition du phénomène, telle que nous la livre le glossaire de la BNS: «La déflation est le contraire de l’inflation. Elle représente une baisse durable, se répétant sur plusieurs périodes, du niveau général des prix. Le taux de déflation mesure, en pour-cent, la baisse de l’indice des prix.»

Pour les économistes, une déflation prolongée est le pire des maux, en ce qu’elle incite les ménages à différer leur consommation pour profiter, plus tard, de prix plus bas. Il en résulte, par effet ricochet, une contraction de la production, du revenu et de l’emploi.

Lire la suite

13:33 Publié dans Banques centrales, Prix | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

22/01/2013

Le milliard de la BNS: redistribuons-le!

La défense d’un taux plancher peut rapporter gros. Aux dernières nouvelles en effet, le doublement en deux ans du bilan de la Banque nationale suisse qui a résulté de ses interventions sur le marché des changes s’est accompagné d’un coquet bénéfice, supérieur à 6 milliards de francs, correspondant grosso modo, pour les trois quarts, au résultat du placement des devises acquises en masse à cette occasion. C’est moitié moins que les 13 milliards de l’année précédente, mais c’est assez pour continuer la distribution, à la Confédération et aux cantons, du milliard de francs fixé par la convention passée en novembre 2011 entre le Département fédéral des finances et la BNS. Le reste allant, comme prévu, regarnir la réserve pour distributions futures.

Est-il logique que cet argent, pas tout à fait tombé du ciel mais presque (car lié à des interventions qui n’ont pas vocation à durer éternellement et ont dépassé de très loin le cadre habituel de la politique monétaire), revienne aux pouvoirs publics ? De droit peut-être, puisque ladite convention en a décidé ainsi, mais économiquement la chose se discute.

Lire la suite

09:07 Publié dans Banques centrales, Fiscalité | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | | |

03/12/2012

Franc fort: une Suisse sous surveillance

Les rapports au Congrès du Département américain du Trésor ne regardent en principe qu’eux, mais les paragraphes consacrés aux politiques de change suivies dans certaines régions du monde sont lus avec une attention toute particulière en ces temps difficiles, où chaque pays exportateur soupçonne l’autre de manipuler sa monnaie. L’ordre alphabétique fait que la Chine, suivie du Japon et de la Corée, est la première à être soumise à la question. Mais une place en vue est également accordée depuis quelques années à la Suisse, pour la raison principale qu’elle est, soulignent cette fois-ci les scrutateurs du Trésor, le seul pays avancé à gérer le taux de change de sa monnaie (the only advanced economy to have a managed exchange rate).

Lire la suite

16:02 Publié dans Banques centrales, Monnaie | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

24/09/2012

Franc fort: tous coupables!

Il suffit parfois de gratter sous les chiffres pour débusquer des vérités déplaisantes. Deux économistes zurichois, l’un du KOF, l’autre de la BNS, ont ainsi mis en évidence d’inattendus responsables de nos misères monétaires. A les suivre en effet, ce ne sont pas seulement de vilains spéculateurs étrangers qui parient inopportunément sur la hausse du franc, mais également ceux, résidents helvétiques, qui habituellement plaçaient leur argent hors du pays et qui ne le font plus.

Lire la suite

09:07 Publié dans Banques centrales, Monnaie | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | |

03/09/2012

Croissance, relance: il n’y a pas de politique gratuite

Toutes-puissantes en matière monétaire (on l’a vu la semaine dernière), les banques centrales n’ont pas pour autant le pouvoir d’influencer à leur guise la conjoncture. Ainsi, malgré le maintien de taux d’intérêt proches de zéro depuis plus de quatre ans et des opérations répétées de «quantitative easing», la Réserve fédérale américaine ne réussit pas à relancer franchement l’activité économique aux Etats-Unis, qui se traîne à des niveaux ne permettant pas de réduire le chômage, toujours supérieur à 8% de la population active, ce qui est un taux particulièrement élevé pour ce pays, puisqu’il n’a été atteint qu’une seule fois depuis 1948 (lors de la courte récession de 1982).


A cela, plusieurs raisons.

Lire la suite

16:16 Publié dans Banques centrales, Croissance | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

27/08/2012

Retour aux sources de la monnaie

Plusieurs lecteurs sont perturbés par l’idée que les banques centrales puissent créer «ex nihilo» de la monnaie par dizaines de milliards. N’y a-t-il pas là un risque de dérapage incontrôlé et un grave danger pour l’économie? Quelques rappels tout d’abord.

Depuis que, il y a fort longtemps, les monnaies marchandises puis les monnaies métalliques (l’argent, l’or) ont été remplacées par la monnaie fiduciaire (dont la valeur repose sur la seule confiance), les banques centrales, qui en ont le monopole de l’émission, peuvent effectivement en créer sans limites. Ce qui ne signifie pas qu’elles le fassent «ex nihilo», en ce sens que cette émission a toujours lieu en contrepartie de l’achat d’un actif qui peut être, par exemple, de l’or, des devises étrangères (euro, dollar, etc.), des titres (obligations, actions) étrangers ou domestiques, ou tout simplement l’inscription de créances (résultant de contrats de swap, de pensions de titres, etc.).

Lire la suite

17:42 Publié dans Banques centrales, Monnaie | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | |

16/07/2012

Le franc suisse: sousévalué ? Surévalué ?

Selon Joseph Gagnon, senior fellow du Peterson Institute for International Economics (fameuse boîte à idées - «think tank» - américaine fondée en 1981 par Fred Bergsten), le cours du franc serait grossièrement sous-évalué, ce qui vaudrait à la Suisse de figurer parmi les vingt pays les plus manipulateurs de leur monnaie.

Lire la suite

19:44 Publié dans Banques centrales | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | |