Banques centrales en ordre de bataille

Imprimer

On pouvait bien imaginer qu’après les robots humanoïdes et les chaînes d’assemblage automobiles, l’esprit fertile des innovateurs s’intéresserait à la finance et à la monnaie. D’où l’éclosion d’innombrables fintech à partir du début des années 2010, et la naissance en parallèle des premières crypto-monnaies, de l’emblématique Bitcoin aux dérivés technologiquement plus avancés d’Ethereum. Mais le comble de l’avancée en matière d’innovation financière est désormais atteint avec la rencontre de ces moyens d’échange numériques et du big data, cette masse d’informations collectées par les réseaux et les grands distributeurs. L’exemple le plus spectaculaire de ce croisement est la naissance de Libra, la crypto-monnaie promise dit-on à une destinée universelle.

L’initiative privée va plus vite que la réglementation. Elle va même tellement vite que les régulateurs dont on attend qu’ils l’encadrent ne serait-ce que pour des motifs de sécurité doivent à grandes enjambées tenter d’en reprendre le contrôle. C’est évidemment aux banques centrales qu’incombe la triple nécessité de conserver le monopole de l’émission de monnaie : 1° en garantir la stabilité (c’est-à-dire empêcher l’inflation ou, à l’inverse, la déflation), 2° s’en assurer les bénéfices de seigneuriage, et 3° contribuer à travers elle au maintien d’une conjoncture favorable.

Les banques centrales n’ont en principe rien contre des monnaies privées, tant que celles-ci demeurent confinées à des usages sectoriels : les paiements courants, les achats en ligne, les règlements par acomptes. Mais si, leur utilisation se généralisant, elles en viennent à concurrencer, voire supplanter les monnaies légales, alors le problème est autre.

C’est exactement pour cette raison que vient d’être annoncée la création d’un «hub d’innovation» sous la houlette de la Banque des règlements internationaux avec la collaboration active de la BNS. Sans que le mot de crypto-monnaies et encore moins de Libra ne soit prononcé, on devine que ces projets privés sont dans la ligne de mire des régulateurs. «Il est temps, a déclaré le directeur général de la BRI dont c’était dimanche l’assemblée générale, il est temps d’allumer tous les moteurs», pour dégager un horizon économique passablement assombri a-t-il d’abord mis en avant, mais également, devine-t-on, pour rattraper le retard pris par les autorités monétaires dans la course aux monnaies numériques. Les experts sont unanimes sur ce point : la numérisation des moyens de paiements présente d’immenses avantages (rapidité d’exécution, modicité des coûts, inclusion de populations «non bancables», etc.), mais elle génère aussi toutes sortes de risques du fait, précisément, de l’absence pour l’heure de contrôle sur les monnaies privées (financement d’activités illicites, risques inflationnistes, risques systémiques en cas de défaut, etc.).

Qui avait dit que la Banque nationale s’endormait sur ses lauriers ?

 

 

 

Lien permanent 6 commentaires

Commentaires

  • Monsieur

    Vous avez tout à fait raison.

    Salutations.

  • Le Bitcoin, en fait la seule monnaie crypto qu'il convient de retenir dans une éventuelle analyse EST contrôlable, même que c'est la monnaie la plus contrôlable puisque sa valeur dépend directement de sa masse monétaire. Ce qui dérange c'est contrôler les utilisateurs, mais c'est faisable et c'est fait, Donald Trump vient de demandé à une société israélienne de vérifier les transferts opérés par les iraniens et les membre du gouvernement de Ramallah.

    Ce qui a fait que suite aux nouvelles sanctions américaines, on a vu le Bitcoin s'envoler, puis suite à l'annonce de Trump, redescendre !

    Il y a effectivement de nombreuses pseudos monnaies crypto, seulement rares sont celles qui fonctionnent réellement sur des algorithmes "block-chain" !

  • - " ... toutes sortes de risques du fait, précisément, de l’absence pour l’heure de contrôle sur les monnaies privées (financement d’activités illicites, risques inflationnistes, risques systémiques en cas de défaut, etc.)."

    Ben ... c'est justement ça qui les rend intéressantes, ces crypto-monnaies. Leur "privacy" (vous n'auriez pas par hasard une idée pour un bon mot en français, Monsieur Stepczynski ?) !

    Mon rêve ! Une monnaie que les banques n'ont aucun moyen de contrôler !

    Une "privacy" dans lesquelles même les banquiers ne peuvent pas mettre leur nez.

    Une "privacy" aussi privée que la foi religieuse.

    Une foi que je préfère placer dans la bonne foi de mes client plutôt que dans la mauvaise foi des banquiers. Attention, je dis pas que tous les banquiers sont de mauvaise foi ! Une très grande majorité des banquiers est très honnête et d'excellente foi. Par contre certains, ceux qui ont tendance à se mêler dans tout, comme Visa, MasterCard, NSA, Facebook, Google, il vaut mieux les priver des moyens de s'ingérer et s'incruster dans votre foi et dans vos comptes avec Dieu.

    Sans compter la trahison permanente des politiciens ... surtout ceux qui prononcent les mots "liberté," "démocratie", "peuple" et "nous".


    - "(financement d’activités illicites, risques inflationnistes, risques systémiques en cas de défaut, etc.)."

    M'enfin ?! Comment ??? Comment ne serait-ce que donc possible ?

    Avec toute la surveillance et le pistage des individus mis en place par les gouvernements, PARTOUT ?

    Tous ces satellites, tous ces drones, toutes ces caméras et tous ces micros dans les téléphones, les PéCés, les TéVés, les TéLéfons, les frigos ?

    https://www.letemps.ch/societe/un-frigo-cameras-vrai

    Les sondes ?

    http://www.doctissimo.fr/html/sante/imagerie/cystoscopie.htm

    Les implants ?

    https://www.syti.net/Implants.html

    Toutes ces puces qui sont produites et dispersées comme le plastique !!!!!

    Comme le plastique tue les organismes vivants ...

    https://www.unenvironment.org/news-and-stories/story/fatal-attraction-turtles-and-plastic

    ... et comme la monopolization du crédit plastique tue les marchés vivants ...

    https://www.cnbc.com/2018/04/09/something-strange-is-happening-with-japans-bond-market-hardly-anyone-is-trading-it.html

    ... je prédis que c'est cette surveillance qui va tuer ce que certains appellent "sociétés humaines", annonçant le grand retour de l'inceste.

    https://www.scienceshumaines.com/les-origines-de-la-societe-humaine_fr_39345.html

  • Ceux qui affirment que les monnaies d'états sont contrôlées se trompent !

    En fait, qui contrôle les banques centrales, combien y a t-il de banques centrales européennes, en fait on ne sait même pas combien de banques centrales européennes contrôlent les marchés financiers de l'Europe !

  • "Ceux qui affirment que les monnaies d'états sont contrôlées se trompent !" (Corto)

    Pssssstt, Corto ...

    https://twitter.com/realDonaldTrump/status/1146423819906748416

  • Oui, d'ailleurs il me semble que Ueli Maurer le 16 mai dernier a été sifflé par un certain Donald Trump à ce sujet !

    La rencontre a duré 4,5 minutes et Ueli est reparti avec comme un doute !

    On ne saura jamais ce que Donald a dit à Mickey !!!

Les commentaires sont fermés.