• Un monde fou, fou, fou  

    Imprimer

    Un humoriste russophone élu président à Kiew une semaine avant la Pâque orthodoxe, une GAFA rachetant la Grèce (c’est une fiction, mais tout de même), des investisseurs privés majoritaires au capital de la Banque nationale suisse (c’est une réalité)… Le monde décidément marche sur la tête. Dans le film de Stanley Kramer, il y avait au moins un trésor à chercher. Ici, il n’y a rien à récupérer, sinon de grosses déceptions.

    Lire la suite

    Lien permanent 0 commentaire
  • Caisse de pensions des fonctionnaires genevois: entre salades et baratinage

    Imprimer

    Le projet de nième recapitalisation de la Caisse de prévoyance de l’Etat de Genève (CPEG), objet d’interminables initiatives et référendums, véhicule son cortège d’inexactitudes et d’approximations quand ce ne sont tout simplement des fadaises.

    Championne du genre, l’Asloca fait, dans un communiqué, remonter aux années 80 – et l’impute à des «choix politiques de la droite» – le passage d’une capitalisation à 100% à un système de capitalisation partielle de ce qui était alors la CIA. En réalité ladite caisse, fusionnée depuis avec la CEH qui était en bien meilleur état, n’avait jamais atteint un taux de couverture de 100% et s’en éloignait toujours plus, de sorte que le grand argentier de l’époque, Robert Ducret, avait habilement suggéré de passer à un système mixte de capitalisation partielle, à la satisfaction générale et non au seul contentement du camp bourgeois.

    Lire la suite

  • Libérale, la Suisse ? Allez allez…

    Imprimer

    Contrairement à une idée reçue, la Commission européenne ne s’occupe pas que de la courbure des concombres et du nombre minimum de doigts dans les bouquets de bananes. Elle veille aussi à la bonne application des règles de fonctionnement du marché unique qui donnent substance aux quatre libertés fondamentales (dont cette fameuse libre circulation des personnes qui effraie tant les milieux syndicaux) et pousse le scrupule jusqu’à s’assurer que le principe de la libre concurrence soit respecté sous tous ses aspects, ce qui suppose en particulier le bannissement des aides publiques sauf celles servant l’intérêt général.

    Or voilà que l’Association suisse des locataires s’inquiète des conséquences possible de l’application de ce même principe au marché du logement, puisque le logement locatif, sous les formes que cette association s’emploie systématiquement à préconiser (celle, pour faire simple, du logement dit social), est au bénéfice d’aides de l’Etat dans la plupart des cantons. L’Asloca entend donc que le Conseil fédéral obtienne de l’Union européenne l’assurance que l’accord-cadre négocié avec elle exclue expressément de son champ d’application les aides publiques au logement.

    Lire la suite

    Lien permanent 0 commentaire