20/09/2017

Prévoyance en Suisse: et si on tentait un plan C ?

La politique passe pour être l’art du possible, même si le possible, outre qu’il contrevient souvent à la logique économique, peut chez nous échouer devant le peuple. Prenons le projet Prévoyance 2020. Tout a été dit, y compris son contraire, à son propos. Périlleux bricolage, mariant allégements divers et charges supplémentaires comme on marie la carpe et le lapin, il a été conçu de manière à répondre aux multiples objections soulevées au Parlement. Pour autant, il n’est pas sûr qu’il rallie une majorité suffisante devant les urnes, tant les oppositions croisées qu’il a suscitées ont fini par se neutraliser et risquent bien de faire trébucher le tout. Même un plan B, qui selon certains serait déjà prêt, n’échapperait pas en votation populaire à un rejet sec et cinglant.

Lire la suite

07:05 Publié dans Capital, Financement des retraites, Fiscalité, Futur, Prévoyance, suisse | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | |

13/09/2017

Et la plus grande ville de Suisse est… Genève ou Zurich?

Un vieil ami me corrige : la plus grande ville de Suisse n’est pas, comme je l’ai évoqué la semaine dernière, Zurich, mais bien Genève ! Son calcul n’est pas farfelu, même s’il aboutit à un résultat évidemment contraire à la réalité, sauf sous l’angle purement démographique. De fait, l’agglomération circonscrite à la Ville de Genève et aux 14 communes qui l’entourent, couvrant avec elle une superficie à peu près identique à celle de la ville de Zurich (soit 80 km2), compte un nombre d’habitants légèrement supérieur à celle-ci, soit pas loin de 420'000 habitants, contre 400'000 pour le chef-lieu zurichois.

Lire la suite

07:19 Publié dans Genève, suisse | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | |

06/09/2017

Il était une fois une presse locale

Un jour peut-être ­– si tant est que le sujet les intéresse – les générations futures se demanderont comment il est possible que la deuxième ville de Suisse et la plus grande de Suisse romande ait perdu ses journaux, sa radio, ses imprimeries, et que de la sorte tout un secteur, qui portait sa renommée loin à la ronde, ait migré à 60 kilomètres de là.

En simplifiant mais sans travestir beaucoup la vérité, on fera remonter l’affaire aux premières décennies du 20e siècle, lorsque Genève et Lausanne, qui se disputaient les ondes, décidèrent de se les répartir, Lausanne prenant la radio et Genève misant sur la TV naissante. Le choix n’était pas innocent, même si sa portée échappa sans doute aux acteurs de l’époque.

Lire la suite

07:01 Publié dans Air du temps, Genève, gouvernance, Industrie | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | |