29/12/2016

Les effets délétères du populisme

Portés par des majorités certes faibles (mais quelles majorités en démocratie ne le sont pas !), des courants idéologiques convaincus de défendre les intérêts du «vrai peuple» profitent de leurs succès électoraux pour mettre en œuvre des programmes aux effets économiques délétères. Qu’ils soient de gauche ou plus souvent de droite, ces mouvements fondamentalement nationalistes et conservateurs ont pour eux l’adhésion des catégories sociales victimes des inégalités grandissantes qui accompagnent la mondialisation. Ils ont beau jeu, aussi, de souligner l’échec des politiques menées par les équipes sortantes, quand celles-ci n’ont pas, en plus, cédé à diverses compromissions et fait montre de beaucoup d’arrogance à l’endroit des exclus du pouvoir. Il leur est d’autant plus facile, dans ces conditions, de satisfaire séance tenante aux promesses de campagne, même si, à la longue,  de telles promesses ne peuvent que léser ceux à qui elles sont pourtant censées profiter.

Lire la suite

09:16 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | |

21/12/2016

Suisse, une bourse qui en dit long

A moins d’un improbable sursaut de dernière heure, la bourse suisse finira l’année 2016 en queue des principales places boursières occidentales, Italie exceptée. Au 16 décembre, l’indice SMI affichait encore un recul de 6,5% depuis le 1er janvier, quand les hausses allaient de 1,8% à Londres à 6,9% à Paris et 10,9% à Francfort.

Comment expliquer ce médiocre classement, alors que l’économie suisse dans son ensemble se porte plutôt bien, que le franc attire du monde, et qu’en raison des intérêts négatifs les investisseurs institutionnels en quête de rendement se tournent vers les actions de préférence aux placements obligataires ?

Lire la suite

07:27 Publié dans Finances, suisse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

14/12/2016

Croissance: légère brise dans les voiles et lois de la pesanteur

Ce n’est pas encore une franche reprise, mais cela commence à y ressembler. L’économie mondiale, zone euro comprise, semble bel et bien avoir amorcé un retour à la croissance. Le signe le plus immédiat de cette embellie est la hausse des rendements obligataires, conséquence de la liquidation à grande échelle des placements sans risque qui avaient servi de refuge à une épargne apeurée par la crise. La Banque des règlements internationaux à Bâle, qui est en quelque sorte la banque des banques centrales, s’en est fait l’écho dans son dernier bulletin trimestriel, en relevant le parallélisme presque parfait de la réaction des marchés durant les premiers jours qui ont suivi les élections de Ronald Reagan et Donald Trump à la présidence des Etats-Unis.

Lire la suite

07:42 Publié dans Banques centrales, Croissance, Etats-Unis, gouvernance, Inflation/déflation | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

07/12/2016

La deuxième vie du dollar

Nous sommes quelques-uns à avoir cru fermement et écrit, il y a de cela une vingtaine d'années, que le dieu Dollar était déchu et qu'il ne pouvait désormais que chuter au point de perdre son rôle de monnaie dominante. Nous pensions alors dur comme fer que l'importance des "balances dollar" – comme depuis Jacques Rueff et même bien avant (en 1949 déjà, dans des études de la Réserve fédérale) on appelait les montants prodigieux de dollars détenus par les pays créanciers des États-Unis –, nous pensions donc que cette masse énorme de dollars résultant des déficits extérieurs accumulés par la première puissance économique du monde finirait inévitablement par détruire le peu de confiance encore placée dans une monnaie longtemps considérée comme "aussi bonne que l'or".

Lire la suite

07:38 Publié dans Banques centrales, Dette, Dollar, Etats-Unis | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |