18/08/2015

L’emploi, denrée périssable

RTR3SF1hd.jpgLes misérables taux de croissance que les économies avancées enregistrent depuis la fin des années 70 contreviennent à la théorie qui voudrait que le progrès technique s’accompagne de gains de productivité suffisants pour entraîner une augmentation de la dépense, supposée générer à son tour suffisamment de nouveaux emplois pour compenser ceux que l’automatisation des tâches fait disparaître.

D’où la question : le progrès technique serait-il devenu avare en gains de productivité ? 

Lire la suite

10:12 Publié dans Croissance, Emploi, Industrie | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

11/08/2015

Quand l’eau devient potable... elle peut coûter bonbon

Depuis le 1er janvier, les Services industriels de Genève appliquent une nouvelle tarification de l’eau – désormais qualifiée de potable sur la facture adressée mensuellement aux propriétaires et aux régies – qui n’implique, assurent les SIG, aucune augmentation, à ceci près que le prix payé individuellement «peut varier à la hausse ou à la baisse en fonction du profil de consommation».

Le diable se cachant toujours dans les détails, on va explorer ce que recouvre la notion de «tranche de référence» servant à déterminer, pour chaque profil de consommation, un forfait annuel en deçà duquel des économies sur facture sont possibles, mais au-delà duquel le prix du m3 bondit considérablement, passant de 0.75 à 2.32 franc.

Lire la suite

06:02 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | |

04/08/2015

Séquelles (parmi d’autres) du franc fort

La somme paraît vertigineuse : 50 milliards de perte, en un seul semestre, pour la Banque nationale suisse, ce qui divise ses fonds propres par deux et les ramène à moins de 6% de son bilan. On pourrait s’en effrayer sauf que, rapporté au total de ses placements en devises, le montant ainsi effacé à mi-2015 n’en représente même pas la dixième partie. C’est à peine la marge de fluctuation généralement préconisée et respectée par les comptables des institutions de prévoyance. Pas de quoi, donc, fouetter un chat. D’autant que les résultats négatifs d’une banque centrale n’ont absolument aucune incidence, techniquement parlant, sur son activité : elle ne peut faire faillite puisque, même lorsque ses fonds propres tombent sous zéro, elle finance sa dette par la monnaie qu’elle crée elle-même.

Lire la suite

07:06 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |