28/05/2013

La bande à Bonio

Il y a un peu plus de cinq ans, en mars 2008, le naufrage de Bear Sterns, suivi en septembre de la faillite de Lehman Brothers, transformait la crise des subprime en une crise financière majeure qui n’a pas fini d’empoisonner le climat économique mondial.

Cinq ans, c’est beaucoup pour un cycle économique, mais c’est parfaitement compatible avec la durée totale de ce que Claudio Borio, le directeur de la recherche à la Banque des Règlements Internationaux, appelle le cycle financier, qui conduit peu à peu les acteurs, banquiers et investisseurs, à perdre le sens des réalités en surestimant les potentiels de hausse et en mésestimant tout au contraire les risques de baisse.

Lire la suite

16:40 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

14/05/2013

La baisse du franc, une affaire de yen ?

Le propre d’une monnaie refuge, qui est de s’apprécier lorsque l’inquiétude domine, est aussi de baisser lorsque cette inquiétude disparaît. C’est très exactement ce qui est en train d’arriver au franc, qui enregistre face à l’euro des taux que l’on n’avait plus vus depuis septembre 2011.

 

Des capitaux refluent donc, au grand soulagement d’une Banque nationale qui n’est plus contrainte d’intervenir sur le marché des changes, et enregistre sans bouger le petit doigt des plus-values considérables sur un stock de devises grossi par les achats occasionnellement massifs auxquels elle avait dû procéder depuis l’annonce, il y a deux ans, de sa décision de ne plus tolérer de cours inférieur à 1,20 franc pour un euro.

Lire la suite

07:06 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

07/05/2013

Une bulle, même à croissance lente, finit toujours par éclater

A force de crier au loup, à force d’alerter l’opinion sur les risques de bulle spéculative dans le secteur immobilier, on finira par croire que ce genre de chose ne peut arriver dans notre beau et solide pays. L’UBS peut annoncer trimestre après trimestre que son «Swiss Real Estate Bubble Index» se rapproche dangereusement de la zone rouge, le vice-président du directoire de la Banque nationale suisse inviter son public à se préparer à de sérieuses turbulences («Fasten your seat belts !» lui recommanda-t-il l’autre jour en conclusion de son exposé au Centre international d’études monétaires et bancaires), le fait est que l’endettement hypothécaire, moteur premier de l’envol des prix résidentiels en Suisse, continue d’augmenter comme si de rien n’était.

Lire la suite

08:24 Publié dans Banques centrales, Croissance, Immobilier | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | |