30/07/2012

Monnaie, monnaie: réponse à un lecteur de la Tribune

Devant le spectacle d'une économie mondiale qui, parce que soutenue à bout de bras par les banques centrales, s'enfonce lentement dans la dépression tel un engin qui fuse au lieu d'éclater, des idées surgissent de tous côtés pour éviter le désastre. Il y a par exemple ce manifeste de dix-sept signataires de l'Institute for New Economic Thinking appelant à une sorte de risorgimento de la zone euro. Ou la controverse, presque aussi épique que celle de Valladolid, entre économistes allemands, les uns farouches opposants à toute mutualisation de la dette souveraine, les autres plus enclins à composer car nécessité fait loi.

Mais il y a aussi, plus près de nous, des avis bien arrêtés sur ce qu'il convient de faire ou ne pas faire. On en trouve même dans les lettres de lecteurs de laTribune , comme celle de ce linguiste qui récemment dénonçait ce qu'il appelle une confusion sémantique entre «argent réel» et «argent comptable» (Bargeldet Schriftgeld , en allemand), le premier, à son avis, seul digne de respect, tandis que le second, «créé ex nihilo sous forme de crédit», serait la cause de tout.

Lire la suite

15:57 Publié dans Monnaie | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | |

16/07/2012

Le franc suisse: sousévalué ? Surévalué ?

Selon Joseph Gagnon, senior fellow du Peterson Institute for International Economics (fameuse boîte à idées - «think tank» - américaine fondée en 1981 par Fred Bergsten), le cours du franc serait grossièrement sous-évalué, ce qui vaudrait à la Suisse de figurer parmi les vingt pays les plus manipulateurs de leur monnaie.

Lire la suite

19:44 Publié dans Banques centrales | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | |

09/07/2012

BNS: cessons de prendre tare pour barre !

Combien de fois faudra-t-il répéter que la Banque nationale suisse ne «dépense» pas des dizaines de milliards pour défendre le cours plancher du franc, mais qu'elle se borne pour cela à les «émettre». Si les mots ont encore un sens, il y a là une très grande différence, qu'apparemment un certain nombre de confrères et autres blogueurs ont toutes les peines du monde à saisir. Les francs que la BNS crée en quelque sorte d'un trait de plume en paiement des euros qu'elle achète sur le marché des changes, elle les «détruira» tout aussi prestement lorsque, la crise enfin surmontée (ce qui se produira bien un jour), elle se délestera de ces mêmes euros au même prix voire mieux, et dégonflera d'autant son bilan aujourd'hui dilaté.

Ceux qui parlent de pertes et vont jusqu'à en chiffrer le montant par tête d'habitant (l'un deux calcule ainsi que chaque Suisse perd 150 francs par semaine puisque la BNS, croit-il pouvoir avancer, sera forcée de lâcher le cours plancher de 1.20 franc et le ramener à 1.10 franc, ce qui dévalorisera d'autant les 60 et quelque milliards d'euros rachetés au cours des deux derniers mois), ces «experts» commettent une triple erreur de raisonnement.

Lire la suite

14:45 Publié dans Banques centrales | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook | | |

02/07/2012

Fonds souverain: comment utiliser les milliards de la BNS

De fausses bonnes idées ont parfois la vie dure. Cela tient peut-être au fait qu'elles ne sont pas si fausses que cela. Ainsi en va-t-il de l'idée de créer, en Suisse, un «fonds souverain» alimenté par les centaines de milliards de devises que la Banque nationale accumule dans la défense d'un cours plancher pour le franc.

L'erreur fatale, argumentent les adversaires du projet, consiste à interférer avec la politique monétaire de la BNS, qui doit rester indépendante. Les euros et autres dollars amassés ces derniers mois à la faveur de la crise de la zone euro disparaîtront tout aussi rapidement lorsque, les choses étant revenues à la normale, notre banque centrale pourra s'en débarrasser.

Lire la suite

18:15 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | |