21/02/2018

Le jour où tout a changé

Retenons la date. C’est le 11 janvier que, pour la dernière fois, le rendement des obligations de la Confédération a affiché une valeur négative : -0,051%[1]. Depuis lors et sauf une unique exception (le 17 janvier), ce taux est redevenu positif, et a régulièrement augmenté pour atteindre, vendredi dernier, la cote de 0,205%. On conviendra que ce ne sont pas là des valeurs extraordinairement élevées, et qu’il est sans doute encore loin le jour où ce taux de référence rejoindra son niveau moyen des années d’avant la crise financière, soit quelque 3%.

Lire la suite

07:21 Publié dans Banques centrales, Croissance, gouvernance, Inflation/déflation, Prix | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | |

14/02/2018

Des explications en veux-tu en voilà à la chute boursière

Entre la mi-janvier et le début février, le choc a été sévère. En moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, les cours des actions ont chuté d’autant qu’ils avaient monté au cours des douze mois écoulés. Aussi s’est-on attelé à en rechercher les causes, qui auraient permis de prévoir l’événement, si on les avait trouvées avant qu’il ne se produise. Mais voilà, lorsque l’euphorie s’est emparée de l’ensemble des acteurs, du plus petit investisseur aux géants de l’institutionnel, on n’a rien voulu entendre, alors que tout était pourtant sur la table.

Lire la suite

08:23 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

31/01/2018

Les retraites, façon grandes banques

La nouvelle n’a pas fait grand bruit en Suisse romande, et pourtant l’affaire est d’importance. La caisse de pensions d’UBS, la plus grande institution bancaire suisse, empoigne la réforme de la prévoyance avec une rare énergie : dès 2019, l’âge du départ en retraite des employés de la banque sera porté à 65 ans, celui du début de leur affiliation, ramené de 25 à 20 ans, leur taux de cotisation, relevé entre 0,5% et 2% selon l’âge, et le taux technique (c’est-à-dire le taux de rendement annuel moyen espéré à long terme) abaissé de 3% à 1,5%, ce qui aura pour effet de réduire encore le taux de conversion du capital en rentes, raccourci des 5,44% actuels à 4,42%. Pour rappel, le taux de conversion minimal en vigueur pour la partie obligatoire de la prévoyance professionnelle, initialement fixé à 7,2%, avait été ramené à 6,8 % lors de la première révision de la LPP en 2005. Depuis, le peuple a fait de la résistance : le taux de 6,4% proposé par le Conseil fédéral en 2008 «étant donné la nécessité de tenir compte de la diminution notable des rendements attendus à long terme sur les marchés financiers» a été sèchement refusé en votation populaire le 7 mars 2010. De même, les 6% prévus en quatre étapes jusqu’en 2022 ont été balayés, comme tout le paquet de la Prévoyance vieillesse 2020, lors de la votation de septembre dernier.

Lire la suite

07:16 Publié dans Banques suisses, Capital, Emploi, Financement des retraites, gouvernance | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

24/01/2018

Le refus irréfléchi de l’ouverture

A l’instar d’autres ressorts populistes, le bâton sauteur de l’UDC rebondit régulièrement sur les craintes suscitées par la mondialisation. Quoi de plus payant en effet, électoralement parlant, que de dénoncer les atteintes à la souveraineté nationale et au bien-être des habitants, ou encore de démontrer chiffres à l’appui combien l’emploi se trouve menacé par une concurrence déloyale venue d’ailleurs, tous désagréments qu’il faut bien entendu attribuer à l’ouverture des frontières !

Lire la suite

07:54 Publié dans Chômage, Croissance, Démocratie, suisse | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | | |

17/01/2018

Le franc rapporte gros. A la BNS

Les circonstances font que la Banque nationale suisse est devenue le principal gérant d’actifs du pays et qu’elle s’en sort plutôt bien. L’an dernier en effet, elle a réalisé une performance nette de 54 milliards de francs sur un portefeuille – monté jusqu’à 784 milliards à fin novembre 2017 – d’avoirs placés «passivement» (dure leçon, soit dit au passage, pour les gérants dits «actifs»). Tant mieux pour les pouvoirs publics fédéraux et cantonaux qui, du fait des conventions de distribution passées entre elle et eux, se partageront 2 milliards. Pour autant la question de fond demeure: la BNS s’occupe-t-elle de politique monétaire, ou gère-t-elle la richesse financière nationale ? Un peu des deux, dira-t-on, mais «à la retirette», puisque, si elle se consacrait pleinement à la première de ces fonctions, elle n’aurait pas dû abandonner le taux plancher, et si c’est la seconde qui prend désormais le dessus, elle pourrait distribuer bien davantage que 4% de son bénéfice.

Lire la suite

08:53 Publié dans Banques centrales, Démocratie, Dette, Europe, Monnaie, suisse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

10/01/2018

Logement, santé; haro sur l’îlot de cherté

Les deux postes de dépenses qui pèsent le plus lourdement dans le budget des ménages helvétiques sont, comme chacun sait, les coûts du logement et les frais médicaux. Or quels sont les deux postes de dépenses pour lesquels les niveaux de prix pratiqués en Suisse dépassent le plus nettement ceux que l’on peut noter dans les pays qui l’entourent ? Les coûts du logement et les frais médicaux… Il y a donc, manifestement, quelque chose qui ne tourne pas rond dans le fonctionnement de notre économie. Et cette chose s’appelle concurrence, ou plus exactement manque de concurrence.

Lire la suite

07:41 Publié dans Concurrence, Prix, suisse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

04/01/2018

Le monde va mieux, au décile près 

Le monde va mieux. Tout l’indique, tout le monde le dit. Et pour faire bon poids, le cycle conjoncturel est cette fois-ci synchrone : toutes les parties du monde, y compris celles d’ordinaire en retard, participent à la fête. Aussi, les conjoncturistes patentés font-ils assaut de certitudes dans leurs tabelles et rivalisent de précision au décile près. En octobre, le FMI avait relevé de 0,1 point ses prévisions de croissance pour 2018 ; il procédera sans doute derechef à l’occasion de son habituelle «mise à jour des perspectives de l’économie mondiale» de la mi-janvier prochaine. Dans ses «perspectives économiques principales » de novembre, l’OCDE alignait les siennes sur celles du Fonds : l’élévation du PIB réel mondial sera pour elle comme pour lui de 3,7% cette année. Même la zone euro réitérera à peu de choses près sa performance de 2017, avec une croissance de nouveau supérieure à 2% – de 2,1% très exactement.

Lire la suite

07:40 Publié dans Air du temps, Banques centrales, Croissance, suisse | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | |

27/12/2017

Le côté obscur de la dette

Lorsqu’un projet local – disons, au hasard, un stade ou de grandes fêtes populaires – finit par coûter deux fois plus cher que prévu, les initiateurs du projet se renvoient mutuellement la balle en jurant que la responsabilité des dépassements ne saurait leur incomber. Lorsqu’en revanche il manque durablement une grosse dizaine de milliards au bilan financier d’une collectivité cantonale par suite de l’accumulation, des années durant, d’importants déficits, il ne se passe rien ou si peu. Les gouvernements qui se sont succédé à la tête des finances ont à chaque fois invoqué l’impuissance d’un exécutif pris entre la gauche et la droite et parfois même le centre pour justifier le retour à quelques détails près aux mêmes impasses budgétaires. Et les majorités parlementaires successives et parfois alternatives qui ont voté recettes et dépenses ont à chaque fois débattu longuement, mais presque toujours fini par opiner. Rares en tout état de cause ont été les cas où l’exercice suivant a dû démarrer sans budget.

Lire la suite

17:27 Publié dans Capital, Dette | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | |

20/12/2017

La prochaine crise sera-t-elle immobilière ?

En Suède, la durée moyenne de remboursement d’un prêt hypothécaire serait de 140 ans. Les statistiques manquent pour évaluer la longévité des encours hypothécaires en Suisse, mais on peut raisonnablement estimer que, pour une partie d’entre eux en tout cas, elle doit se situer dans les mêmes eaux, une fois les obligations légales ou contractuelles remplies (amortissement accéléré du 2e rang, échéance plus courte des nouveaux crédits, etc.).

En tout état de cause, les deux pays sont champions dans le recours à l’endettement hypothécaire, qu’il soit mesuré en proportion du produit intérieur brut, en fonction des revenus, ou à la hauteur de la charge financière qu’il fait peser sur le budget moyen des ménages. Corollaire ou conséquence de cet emballement hypothécaire, les prix de l’immobilier ont en Suède comme chez nous atteint des hauteurs stratosphériques, et entraîné des risques que les autorités de surveillance compétentes s’efforcent d’évaluer et si possible de maîtriser.

Lire la suite

06:32 Publié dans Dette, Immobilier, suisse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

13/12/2017

Le bitcoin, bombe crypto-nucléaire ?

Le monde des crypto-monnaies, dont le bitcoin est sans nul doute le plus insigne spécimen, demeure pratiquement imperméable au commun des mortels. A première vue certes, ces monnaies virtuelles, émises ou plutôt fabriquées hors de tout contrôle étatique et néanmoins réputées infalsifiables, obéissent à quelques principes simples : elles sont comme l’argent comptant universellement accessibles, numériques (scripturales si l’on préfère) comme les dépôts bancaires et, bien que sans cours légal, ont au même titre que les monnaies classiques pouvoir libératoire dans les transactions dites «peer-to-peer» (c’est-à-dire sans intervention d’un intermédiaire). Mais, au-delà, que c’est compliqué !

Lire la suite

07:04 Publié dans Air du temps, Banques centrales, Bitcoin, Monnaie | Lien permanent | Commentaires (11) | |  Facebook | | |

06/12/2017

Santé, retraites : paroles de sages

Quelques économistes de poids font entendre leur voix sur deux sujets de première importance réservés à ce jour au monde politique : la réforme de la prévoyance et celle, tout aussi urgente, du système de santé. L’une et l’autre ont ceci de particulier qu’elles représentent des enjeux évidemment politiques et supposent donc un traitement parlementaire puis, cas échéant, une ratification populaire. Mais elles impliquent toutes deux une appréhension suffisante des mécanismes sous-jacents, ce qui est loin d’être le cas de l’immense majorité des députés, et a fortiori de la population appelée à se prononcer.

Lire la suite

07:56 Publié dans Assurances, Capital, Dette, Prévoyance, Santé | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | |

29/11/2017

Milliard, le mot qui fâche certains en Suisse

Le «milliard de cohésion» promis par le Conseil fédéral donne des boutons à l’UDC, qui dénonce un «scandale» et entend obtenir dans les plus courts délais la mise en place d’un référendum financier. De quoi parle-t-on au juste ?

Par un malencontreux rapprochement de termes, l’usage s’est installé depuis 2008 de considérer la contribution financière de la Suisse à l’Union européenne élargie comme une contribution directe aux fonds de cohésion de l’UE et, par simplification, d’englober les montants en jeu dans un chiffre rond, le fameux milliard.

Lire la suite

07:54 Publié dans Démocratie, Emploi, Europe, suisse | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | |

15/11/2017

La fin des emplois, une société en forme de sablier

Utilisée sauf erreur pour la première fois, dans l’espace francophone, par l’écologiste Alain Lipietz puis reprise sous une forme différente par l’éditorialiste Jean-Marc Vittori, l’image résume assez bien l’évolution d’une société dans laquelle le centre s’efface au profit des bords, luxe vs «low cost», super riches contre «low wage workers». Cette polarisation de la société, opérée au détriment de ce qui faisait naguère la classe moyenne, à commencer par l’immense majorité des emplois qui ne nécessitaient ni qualifications particulièrement élevées ni besoin permanent de réapprentissage, fait craindre sérieusement la disparition de la plupart des emplois.

Lire la suite

07:27 Publié dans Air du temps, Chômage, Emploi, Futur, Technologie | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | |

08/11/2017

Ces milliards de la BNS à portée de main…

Les 33 et quelque milliards de francs de bénéfice affichés par la BNS au 30 septembre 2017 interloquent beaucoup de lecteurs, qui ne comprennent pas pourquoi d’aussi somptueux profits ne donneront lieu en fin d’année, s’ils se concrétisent, ce qui est plus que probable, qu’à une maigre distribution à la Confédération et aux cantons, au lieu par exemple de venir soulager les comptes de l’AVS ou ceux de la santé. Comment ne pas condamner, s’exclame l’un deux, «une réalité aberrante qui veut que dans un pays aussi riche que le nôtre, un tiers des ménages touche une aide sociale ?»

Lire la suite

09:38 Publié dans Banques centrales, Démocratie, Futur, gouvernance, Monnaie, suisse | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | |

18/10/2017

Risque numéro un, la dette

La voix du Fonds Monétaire International ne porte peut-être plus aussi loin que celle, plus bruyante, du G20 ou d’autres enceintes au goût du jour, elle n’en mérite pas moins de retenir toute notre attention. Dans ses dernières «Perspectives de l’économie mondiale» (octobre 2017), le Fonds confirme bien que la reprise est là et que le verre, hier à moitié vide, est à présent plein aux trois quarts, mais il s’empresse dans la foulée de relever combien cette reprise demeure fragile, au vu des nombreux risques qui l’entourent.

Le plus frappant de ces risques, hormis le traditionnel cortège de déséquilibres structurels (faiblesse de la productivité, creusement des inégalités, perte d’orientation des politiques monétaires), est sans doute le niveau d’endettement observé un peu partout, et qui rappelle les circonstances ayant précédé, et manifestement provoqué, la crise financière de 2007-2008.

Lire la suite

07:45 Publié dans Démocratie, Dette, gouvernance | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

04/10/2017

L’inflation aux abonnés absents

Normalement, lorsque la croissance s’installe et que l’on se rapproche du plein-emploi, les salaires devraient monter, et dans la foulée l’inflation se manifester, puisque les entreprises ont alors tout loisir de répercuter la hausse de leurs coûts, essentiellement salariaux, sur leurs prix de vente. Or, mystère, alors que la reprise s’affirme un peu partout, les prix demeurent stables, pour la raison précisément – ce n’est certes pas la seule ­– que les salaires bougent à peine. Comment expliquer ce paradoxe, qui va à l’encontre de tout ce que la théorie économique a professé jusqu’ici ?

Lire la suite

07:10 Publié dans Croissance, Emploi, Futur, gouvernance, Inflation/déflation | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | |

27/09/2017

Libor, Saron, charabia monétaire dont pourtant beaucoup dépend

Au pays le plus endetté du monde hypothécairement parlant (on aura reconnu la Suisse), on se penche gravement sur le passage, probable et imminent, du Libor au Saron. Le Libor, ce London interbank offered rate (en bon français, taux interbancaire pratiqué à Londres), est sur le point d’être remplacé, chez nous, par le Saron, acronyme barbare désignant le Swiss Average Rate Overnight, en bon français le taux d’intérêt moyen pour les prêts au jour le jour, plus précisément pour une nuit (overnight), taux auquel les banque se prêtent à très court terme, les unes aux autres, les liquidités qui manquent aux premières et dépassent leurs besoins chez les secondes.

Lire la suite

08:34 Publié dans Banques, Concurrence, Finances, Immobilier | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | |

20/09/2017

Prévoyance en Suisse: et si on tentait un plan C ?

La politique passe pour être l’art du possible, même si le possible, outre qu’il contrevient souvent à la logique économique, peut chez nous échouer devant le peuple. Prenons le projet Prévoyance 2020. Tout a été dit, y compris son contraire, à son propos. Périlleux bricolage, mariant allégements divers et charges supplémentaires comme on marie la carpe et le lapin, il a été conçu de manière à répondre aux multiples objections soulevées au Parlement. Pour autant, il n’est pas sûr qu’il rallie une majorité suffisante devant les urnes, tant les oppositions croisées qu’il a suscitées ont fini par se neutraliser et risquent bien de faire trébucher le tout. Même un plan B, qui selon certains serait déjà prêt, n’échapperait pas en votation populaire à un rejet sec et cinglant.

Lire la suite

07:05 Publié dans Capital, Financement des retraites, Fiscalité, Futur, Prévoyance, suisse | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | |

13/09/2017

Et la plus grande ville de Suisse est… Genève ou Zurich?

Un vieil ami me corrige : la plus grande ville de Suisse n’est pas, comme je l’ai évoqué la semaine dernière, Zurich, mais bien Genève ! Son calcul n’est pas farfelu, même s’il aboutit à un résultat évidemment contraire à la réalité, sauf sous l’angle purement démographique. De fait, l’agglomération circonscrite à la Ville de Genève et aux 14 communes qui l’entourent, couvrant avec elle une superficie à peu près identique à celle de la ville de Zurich (soit 80 km2), compte un nombre d’habitants légèrement supérieur à celle-ci, soit pas loin de 420'000 habitants, contre 400'000 pour le chef-lieu zurichois.

Lire la suite

07:19 Publié dans Genève, suisse | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | |

06/09/2017

Il était une fois une presse locale

Un jour peut-être ­– si tant est que le sujet les intéresse – les générations futures se demanderont comment il est possible que la deuxième ville de Suisse et la plus grande de Suisse romande ait perdu ses journaux, sa radio, ses imprimeries, et que de la sorte tout un secteur, qui portait sa renommée loin à la ronde, ait migré à 60 kilomètres de là.

En simplifiant mais sans travestir beaucoup la vérité, on fera remonter l’affaire aux premières décennies du 20e siècle, lorsque Genève et Lausanne, qui se disputaient les ondes, décidèrent de se les répartir, Lausanne prenant la radio et Genève misant sur la TV naissante. Le choix n’était pas innocent, même si sa portée échappa sans doute aux acteurs de l’époque.

Lire la suite

07:01 Publié dans Air du temps, Genève, gouvernance, Industrie | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | |