15/11/2017

La fin des emplois, une société en forme de sablier

Utilisée sauf erreur pour la première fois, dans l’espace francophone, par l’écologiste Alain Lipietz puis reprise sous une forme différente par l’éditorialiste Jean-Marc Vittori, l’image résume assez bien l’évolution d’une société dans laquelle le centre s’efface au profit des bords, luxe vs «low cost», super riches contre «low wage workers». Cette polarisation de la société, opérée au détriment de ce qui faisait naguère la classe moyenne, à commencer par l’immense majorité des emplois qui ne nécessitaient ni qualifications particulièrement élevées ni besoin permanent de réapprentissage, fait craindre sérieusement la disparition de la plupart des emplois.

Lire la suite

07:27 Publié dans Air du temps, Chômage, Emploi, Futur, Technologie | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | |

08/11/2017

Ces milliards de la BNS à portée de main…

Les 33 et quelque milliards de francs de bénéfice affichés par la BNS au 30 septembre 2017 interloquent beaucoup de lecteurs, qui ne comprennent pas pourquoi d’aussi somptueux profits ne donneront lieu en fin d’année, s’ils se concrétisent, ce qui est plus que probable, qu’à une maigre distribution à la Confédération et aux cantons, au lieu par exemple de venir soulager les comptes de l’AVS ou ceux de la santé. Comment ne pas condamner, s’exclame l’un deux, «une réalité aberrante qui veut que dans un pays aussi riche que le nôtre, un tiers des ménages touche une aide sociale ?»

Lire la suite

09:38 Publié dans Banques centrales, Démocratie, Futur, gouvernance, Monnaie, suisse | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | |

18/10/2017

Risque numéro un, la dette

La voix du Fonds Monétaire International ne porte peut-être plus aussi loin que celle, plus bruyante, du G20 ou d’autres enceintes au goût du jour, elle n’en mérite pas moins de retenir toute notre attention. Dans ses dernières «Perspectives de l’économie mondiale» (octobre 2017), le Fonds confirme bien que la reprise est là et que le verre, hier à moitié vide, est à présent plein aux trois quarts, mais il s’empresse dans la foulée de relever combien cette reprise demeure fragile, au vu des nombreux risques qui l’entourent.

Le plus frappant de ces risques, hormis le traditionnel cortège de déséquilibres structurels (faiblesse de la productivité, creusement des inégalités, perte d’orientation des politiques monétaires), est sans doute le niveau d’endettement observé un peu partout, et qui rappelle les circonstances ayant précédé, et manifestement provoqué, la crise financière de 2007-2008.

Lire la suite

07:45 Publié dans Démocratie, Dette, gouvernance | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

04/10/2017

L’inflation aux abonnés absents

Normalement, lorsque la croissance s’installe et que l’on se rapproche du plein-emploi, les salaires devraient monter, et dans la foulée l’inflation se manifester, puisque les entreprises ont alors tout loisir de répercuter la hausse de leurs coûts, essentiellement salariaux, sur leurs prix de vente. Or, mystère, alors que la reprise s’affirme un peu partout, les prix demeurent stables, pour la raison précisément – ce n’est certes pas la seule ­– que les salaires bougent à peine. Comment expliquer ce paradoxe, qui va à l’encontre de tout ce que la théorie économique a professé jusqu’ici ?

Lire la suite

07:10 Publié dans Croissance, Emploi, Futur, gouvernance, Inflation/déflation | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | |

27/09/2017

Libor, Saron, charabia monétaire dont pourtant beaucoup dépend

Au pays le plus endetté du monde hypothécairement parlant (on aura reconnu la Suisse), on se penche gravement sur le passage, probable et imminent, du Libor au Saron. Le Libor, ce London interbank offered rate (en bon français, taux interbancaire pratiqué à Londres), est sur le point d’être remplacé, chez nous, par le Saron, acronyme barbare désignant le Swiss Average Rate Overnight, en bon français le taux d’intérêt moyen pour les prêts au jour le jour, plus précisément pour une nuit (overnight), taux auquel les banque se prêtent à très court terme, les unes aux autres, les liquidités qui manquent aux premières et dépassent leurs besoins chez les secondes.

Lire la suite

08:34 Publié dans Banques, Concurrence, Finances, Immobilier | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | |

20/09/2017

Prévoyance en Suisse: et si on tentait un plan C ?

La politique passe pour être l’art du possible, même si le possible, outre qu’il contrevient souvent à la logique économique, peut chez nous échouer devant le peuple. Prenons le projet Prévoyance 2020. Tout a été dit, y compris son contraire, à son propos. Périlleux bricolage, mariant allégements divers et charges supplémentaires comme on marie la carpe et le lapin, il a été conçu de manière à répondre aux multiples objections soulevées au Parlement. Pour autant, il n’est pas sûr qu’il rallie une majorité suffisante devant les urnes, tant les oppositions croisées qu’il a suscitées ont fini par se neutraliser et risquent bien de faire trébucher le tout. Même un plan B, qui selon certains serait déjà prêt, n’échapperait pas en votation populaire à un rejet sec et cinglant.

Lire la suite

07:05 Publié dans Capital, Financement des retraites, Fiscalité, Futur, Prévoyance, suisse | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | |

13/09/2017

Et la plus grande ville de Suisse est… Genève ou Zurich?

Un vieil ami me corrige : la plus grande ville de Suisse n’est pas, comme je l’ai évoqué la semaine dernière, Zurich, mais bien Genève ! Son calcul n’est pas farfelu, même s’il aboutit à un résultat évidemment contraire à la réalité, sauf sous l’angle purement démographique. De fait, l’agglomération circonscrite à la Ville de Genève et aux 14 communes qui l’entourent, couvrant avec elle une superficie à peu près identique à celle de la ville de Zurich (soit 80 km2), compte un nombre d’habitants légèrement supérieur à celle-ci, soit pas loin de 420'000 habitants, contre 400'000 pour le chef-lieu zurichois.

Lire la suite

07:19 Publié dans Genève, suisse | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | |

06/09/2017

Il était une fois une presse locale

Un jour peut-être ­– si tant est que le sujet les intéresse – les générations futures se demanderont comment il est possible que la deuxième ville de Suisse et la plus grande de Suisse romande ait perdu ses journaux, sa radio, ses imprimeries, et que de la sorte tout un secteur, qui portait sa renommée loin à la ronde, ait migré à 60 kilomètres de là.

En simplifiant mais sans travestir beaucoup la vérité, on fera remonter l’affaire aux premières décennies du 20e siècle, lorsque Genève et Lausanne, qui se disputaient les ondes, décidèrent de se les répartir, Lausanne prenant la radio et Genève misant sur la TV naissante. Le choix n’était pas innocent, même si sa portée échappa sans doute aux acteurs de l’époque.

Lire la suite

07:01 Publié dans Air du temps, Genève, gouvernance, Industrie | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | |

30/08/2017

N’enterrons pas trop vite la «monnaie pleine» !

L’initiative dite «monnaie pleine», qui entend réserver à la Banque nationale le pouvoir de créer de la monnaie, est l’objet d’une salve de critiques émanant aussi bien des milieux bancaires que de la sphère académique, qui lui reprochent tantôt son inutilité tantôt son impraticabilité. Pourquoi changer ce qui marche bien – le système monétaire actuel – pour courir l’aventure ?

C’est vrai que, si séduisant qu’il paraisse en théorie, le régime proposé se heurte à une série de difficultés, le diable se cachant comme toujours dans les détails. Faut-il pour autant l’écarter sans autre forme de procès ?

Lire la suite

07:25 Publié dans Banques centrales, Monnaie | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | | |

23/08/2017

Le protectionnisme ne protège rien du tout

Où est-elle, la Suisse ouverte au grand large, à l’échange libre de biens et de services, à l’accueil généreux de travailleurs italiens, espagnols, portugais, cette Suisse à l’avant-garde de la mondialisation par sa participation active aux flux d’investissements directs ? On a parfois le sentiment, aujourd’hui, qu’elle se recroqueville sur ses succès passés et sa prospérité, refuse le monde, et va jusqu’à se plaindre des conséquences les plus banales de la libre circulation en postulant une préférence nationale qu’on croyait réservée aux économies en difficulté.

Deux exemples récents, exceptionnels mais révélateurs de ce nouvel état d’esprit. Un constructeur saint-gallois de façades métalliques vient de se plaindre d’avoir été écarté par les CFF d’un appel d’offres au profit d’une entreprise chinoise pour une différence de prix – de l’ordre de 20% – ne justifiant pas selon lui le recours peu écologique à ce fournisseur lointain. Peu auparavant, on dénonçait le fait que la Confédération ait attribué à une entreprise lituanienne la confection des vignettes de haute sécurité apposées sur les visas Schengen, alors que ce genre de travail était habituellement confié à Orell Füssli Security Printing.

Lire la suite

06:29 Publié dans Concurrence, Emploi, Europe, gouvernance, Industrie, salaires, revenus | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | |

16/08/2017

De l’eau au moulin du fonds souverain

Âprement disputée comme on sait, l’idée d’un fonds souverain – ou de quelque chose s’en approchant – financé par les énormes réserves de la BNS pourrait rebondir si l’on prenait la peine de lire la proposition un peu iconoclaste de deux économistes américains, dont The Economist s’est fait l’écho au début du mois. Dans un papier intitulé «The Capital Structure of Nations» (qui fait en quelque sorte écho à La Richesse des Nations, le célèbre ouvrage d’Adam Smith), Patrick Bolton et Haizhou Huang suggèrent en effet que les Etats pourraient sous certaines conditions financer leurs dépenses utiles (donc d’investissement) par de la pure création monétaire, de la même manière que les entreprises financent parfois les leurs par une augmentation de capital, c’est-à-dire en émettant de nouvelles actions.

Lire la suite

09/08/2017

Mieux vaut être riche et bien portant…

La Suisse est non seulement le pays qui après les Etats-Unis consacre la plus grosse part de son produit intérieur brut aux dépenses de santé, mais aussi, sauf erreur, celui dont les habitants supportent l’essentiel du financement à travers des primes élevées d’assurance et des prises en charge directes acceptées plus ou moins librement. On comprend dès lors que les hausses qui se profilent à l’horizon suscitent chaque année une vague de protestations et une multitude de propositions de réforme.

On l’a dit et redit dans ces colonnes, la progression inexorable des dépenses de santé est le lot des sociétés vieillissantes à quoi s’ajoute, dans le cas des pays riches et singulièrement de la Suisse, une exigence d’excellence et de confort qui n’allonge guère l’espérance de vie mais explique en grande partie le fait que toutes les formes de consommation, y compris celle de soins médicaux, sont ici plus chères qu’ailleurs.

Lire la suite

08:21 Publié dans Assurance maladie, Démocratie, Futur, Santé | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

02/08/2017

Bons et mauvais côtés de la baisse du franc

Thomas Jordan et ses collègues du directoire de la Banque nationale suisse le répètent à l’envi, y compris depuis que l’euro s’est installé au-dessus de 1.10 Fr : aux yeux de la BNS, le franc demeure nettement surévalué. On peut donc en déduire, sans forcer le trait, qu’il n’y a pour les intervenants en tous genres (hedge funds, traders, trésoriers publics, spéculateurs réguliers ou occasionnels) pratiquement plus guère de risque de voir ce cours enfoncé, ce qui entraîne un certain nombre de conséquences. Il ne vaut ainsi plus guère la peine de se couvrir contre le risque de change, même si le coût de la couverture a chuté.

Lire la suite

07:56 Publié dans Banques suisses, Futur, Monnaie, suisse | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | |

28/06/2017

En finance, la triche se paie cash

Les boursiers sincères n’en font pas mystère : la seule manière de «battre le marché» à coup sûr, c’est d’exploiter des informations privilégiées, autrement dit de se trouver, ex fonctions ou par simple hasard, dans la position d’initié et d’en tirer parti pour réaliser un profit sans risque. Cette resquille, mollement réprimée par le code pénal avant mai 2013, était jusque là une pratique probablement assez courante, l’autorité n’en démasquant qu’une infime partie et n’en considérant que les cas les plus flagrants.

Lire la suite

07:42 Publié dans Air du temps, Capital, gouvernance, suisse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

21/06/2017

En attendant la prochaine crise: tant va la cruche à l’eau…

Combien de temps s’écoule-t-il jusqu’à ce qu’une crise financière soit oubliée?

D’expérience, il semble qu’une génération, voire moins, suffise pour qu’une vaste majorité d’intervenants ait perdu la mémoire de la crise précédente. La dernière crise majeure que la Suisse ait connue, celle du krach immobilier du début des années 90, est donc en passe d’être complètement oubliée. On comprend dès lors que la Banque nationale suisse, en charge de la surveillance bancaire et principale intéressée au maintien de la stabilité financière, veille avec la plus grande attention au bon fonctionnement du marché hypothécaire. Et il n’aura pas échappé au lecteur attentif de son dernier Rapport sur la stabilité financière qu’elle continue de considérer ce marché comme suffisamment éloigné de l’équilibre pour consacrer une large part de son analyse à la situation des banques «axées sur le marché intérieur», autrement dit celles, locales et régionales, qui vivent principalement du crédit hypothécaire.

Lire la suite

07:33 Publié dans Air du temps, Banques centrales, Dette, gouvernance | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

14/06/2017

Le commerce équitable selon D. Trump

Le président des Etats-Unis a une vision simple du commerce international. A son avis, les échanges bilatéraux doivent être équilibrés car les soldes, surtout ceux qui se creusent au détriment de son pays et des industries qui en faisaient naguère la fierté, conduisent à l’accumulation de dettes et d’autres mauvaises choses. Les remontrances du président visent principalement l’Allemagne d’Angela Merkel en qui Donald Trump voit la principale, sinon la seule, responsable du déficit extérieur américain.

Lire la suite

06:48 Publié dans Concurrence, Croissance, Démocratie, Etats-Unis, Europe, Industrie | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | |

31/05/2017

"Monnaie pleine": Oser ou ne pas oser l’utopie

Pour la génération des “millenials”, l’opinion d’un Mark Zuckerberg compte sans doute bien davantage que celle d’un Bill Gates ou a fortiori de vieilles barbes du siècle dernier comme Milton Friedman ou James Tobin. Tous ont pourtant en commun de s’être prononcés, d’une manière ou d’une autre, en faveur du principe d’un revenu universel. En Suisse, où l’on a les pieds sur terre et la tête très peu dans les nuages, l’idée a été rejetée en juin de l’année dernière par 76,9% des votants appelés à s’exprimer sur l’initiative “Pour un revenu de base inconditionnel”.

Lire la suite

07:55 Publié dans Banques centrales, Démocratie, Finances, Futur, Monnaie, suisse | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook | | |

24/05/2017

Soudeur schwytzois, plombier polonais, même niet!

Même confinée à l’espace national, la libre circulation n’a plus la cote, à preuve la levée de boucliers romands contre le projet de révision de la loi sur les marchés publics, qui n’est qu’une des nombreuses déclinaisons du principe du libre-échange. Architectes, ingénieurs, constructeurs, syndicats, tous redoutent la «distorsion de concurrence» (sic) qui risque selon eux de découler de l’entrée en scène de soumissionnaires venus d’autres cantons. Car, aussi étrange que cela puisse paraître, le marché intérieur qu’on supposait aller de soi depuis que la loi qui porte son nom l’a voulu ainsi, n’avait pas prévu de «traitement national» pour l’attribution des travaux.

Lire la suite

07:20 Publié dans Chômage, Concurrence, Emploi, Europe, suisse, Union européenne | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | |

17/05/2017

L’euro à marée haute

La monnaie unique s’approche insensiblement d’un niveau qu’on peut considérer comme pratiquement équivalent au cours plancher introduit en septembre 2011 et dont la levée trois ans et demi plus tard avait suscité tant de protestations. A 1,10 franc aujourd’hui et bientôt peut-être 1,15 franc, cours que les stratèges d’UBS considèrent à portée de main, l’euro sera en effet à la fois supportable pour les exportateurs et proche en valeur réelle (c’est-à-dire inflation déduite) de son niveau d’alors, sans que pour cela la Banque nationale ait eu à intervenir.

En forçant le trait, on ira même jusqu’à suggérer que les circonstances actuelles permettraient à la BNS de se défaire d’une partie du stock colossal de devises qu’elle a été contrainte d’accumuler pour empêcher une trop forte appréciation du franc. En outre et sans rien faire d’autre elle empochera, si la tendance se confirme, une jolie plus-value que la Confédération et les cantons se réjouissent sans doute déjà de se partager.

Lire la suite

07:30 Publié dans Banques centrales, Capital, Croissance, Dette, Europe, Zone euro | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

03/05/2017

Les caisses de retraire publiques, un 2e pilier spécial?

Le rééquilibrage devenu impératif du bilan actuariel de la Caisse de prévoyance de l’Etat de Genève (CPEG) enflamme les esprits, tant il supposera de milliards et de sacrifices supplémentaires à charge des uns et des autres. Les uns, ce seront principalement les assurés actifs, tandis que les autres, ce seront in fine les contribuables, puisque la recapitalisation assénera un nouveau coup de massue aux finances cantonales.

La raison de ce soudain remue-ménage est à la fois simple et compliquée.

Lire la suite

07:51 Publié dans Assurances, Capital, Dette, Financement des retraites, Genève, Taux d'intérêt | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |